Comme Leicester, ils ont épaté l'Angleterre...

le
0
Comme Leicester, ils ont épaté l'Angleterre...
Comme Leicester, ils ont épaté l'Angleterre...

Leicester City vient donc de se pavaner une semaine de plus en tête de la Premier League. Passé le cap de la 30e journée, ça devient sérieux. Oui, les Foxes peuvent le faire ! En attendant de voir Claudio Ranieri le pelage teint en orange lors de l'ultime match à Stamford Bridge, retour sur ces équipes qui ont fait trembler la hiérarchie anglaise jusqu'au sprint final.

1977-78 : Nottingham Forest


Huit titres de champion en une décennie, ça vous pose une domination sur l'Angleterre ! Dans la foulée de l'œuvre de Bill Shankly (1959-74), Liverpool FC trône sur le Royaume en ramassant au passage quatre Coupes d'Europe des clubs champions. Sauf qu'en 1977-78, un promu va rabattre la donne. Sur le banc de Forest, Brian Clough, manager charismatique et personnage haut en couleur, épaulé de son bras droit Peter Taylor. Après avoir fait des miracles à Derby County et s'être ramassé à Leeds, The Damned Utd entreprend alors le plus beau chapitre de son épatante carrière. "Je ne peux pas le remercier assez. C'était juste génial d'aller s'entraîner tous les jours. (…) On ne jouait pas bourrés, on ne buvait pas les jours de match, mais on buvait la nuit d'avant", se marrait l'attaquant Garry Birtles, interrogé l'an passé par SO FOOT. Cette saison-là, Nottingham Forest remporte ce qui restera son unique titre national, avant d'aller conquérir ensuite deux Coupes d'Europe. True Legend.

1977-1982 : Great Great Britain !
Youtube

1992-93 : Norwich City

Le championnat d'Angleterre historique est mort, vive la Premier League ! Rayé de la carte du football européen après le drame du Heysel, le football britannique entame son renouveau avec la création de cette nouvelle compétition sous l'inspiration du modèle américain. Objectif : se débarrasser du hooliganisme, créer un vrai show et devenir the place to be. Et avec huit points d'avance sur Manchester United début décembre, Norwich City semblait parfaitement lancé pour ouvrir le bal. "Nous n'avions pas peur, mais on ne réalisait pas pour autant qu'on pouvait le faire", rembobinait il y a quelques semaines l'attaquant Chris Sutton, dans les colonnes de l'Independent. "Comme Leicester, on ne lâchait rien semaine après semaine." Jusqu'à la réception de MU début avril. En 20 minutes, les Red Devils claquent trois pions et bouclent l'affaire. Leaders au coup d'envoi, les Canaries




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant