Comme ancien président, Giscard «coûte» 2,5 millions d'euros par an à l'Etat

le , mis à jour à 10:33
44
Comme ancien président, Giscard «coûte» 2,5 millions d'euros par an à l'Etat
Comme ancien président, Giscard «coûte» 2,5 millions d'euros par an à l'Etat

La République est généreuse avec ses anciens dirigeants. Chaque année, l'Etat débourse l'équivalent de 2,5 M€ pour Valéry Giscard d'Estaing. C'est un peu plus que pour Nicolas Sarkozy (2,2 M€) et pour Jacques Chirac (1,5 M€). René Dosière, député PS et spécialiste du train de vie de l'Etat, a une explication : « Ses dépenses de fonctionnement (voiture, logement...) sont un peu plus chères. Comme la rémunération de ses collaborateurs. Mais le poste le plus lourd, ce sont les agents de sécurité qui surveillent ses résidences, à Paris ou à Authon, dans le Loir-et-Cher. » Dosière estime que « 2,5 millions, c'est sans doute un peu élevé... ».

Giscard aura été le premier bénéficiaire d'une lettre — restée longtemps secrète — de Laurent Fabius, alors Premier ministre, datant du 8 janvier 1985 et « fixant de manière permanente le statut dans la nation des anciens présidents de la République ». Ces règles — qui se sont ensuite appliquées de façon plus officielle à ses successeurs — lui permettent d'obtenir, en plus d'une dotation mensuelle de 6 000 € brut, un appartement de fonction, une voiture avec deux chauffeurs et sept collaborateurs permanents. « L'idée de cette lettre, c'était de montrer que l'Etat lui devait quelque chose eu égard aux services qu'il a rendus à son pays. Ce n'est quand même pas un individu ordinaire », justifie Dosière, qui aimerait toutefois qu'on revoie le statut des « ex ». « Il faudrait un vrai débat à l'Assemblée pour établir de nouvelles règles (s'il reste actif politiquement, s'il a un travail rémunéré) et fixer une limite dans le temps. » L'allongement de la durée de vie et le quinquennat vont alourdir de facto les dépenses dues aux anciens hôtes de l'Elysée.

A 90 ans, VGE est encore courtisé

Ce mardi matin, Valéry Giscard d'Estaing n'est pas allé au bureau, dans ses spacieux locaux du boulevard Saint-Germain à Paris (VIe). Une pause pour son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remymar3 il y a 10 mois

    mise à l'etrier de jacques chirac, regroupement familial, mise en place des allocations chomage, la France lui doit beaucoup en effet... beaucoup de bourdes et de non prédictivité... vive la monarchie républicaine...

  • gache1 il y a 10 mois

    La partie émergée de l'iceberg. On réduit l'Assemblée de moitié et le pays ira deux fois plus vite !

  • jmlhomme il y a 10 mois

    Il n'y a pas de limite chez nos elus anciens ou actuels. Voilà un point justifiant une vraie rupture et on pourrait meme faire une loi retroactive. ET TOUS NOS ELUS SONT COMPLICES de laisser faire. Cela sort regulièrement mais rien ne change.... Par contre passer 3 mois à debattre d'une pseudo modification de la Constitution...... c'est vrai que la cela ne change pas plus... Nos elus ne méritent pas leurs salaires (evidemment ils se les votent...facile

  • woucoo il y a 10 mois

    2,5millions/an ? Vous êtes sûr que ce n'est pas plus de 2000milliards de dette qu'il nous coûte depuis 73 ?

  • luke4 il y a 10 mois

    ah le vieux vampire! piquer le avec un pieux lol

  • fquiroga il y a 10 mois

    la république des privilèges cumulés.....ou privilège boule de neige chaque privilège entraine un autre.....

  • bearnhar il y a 10 mois

    Le regroupement famillial n'est pas le probleme SI VOUS MAITRISEZ L'IMMIGRATION. Mais c'est sur qu'en en laissant entrer des centaines de milliers cela devient ingerable.

  • lorant21 il y a 10 mois

    9 emplois maintenus! :-) Bon, comme dirait l'autre, c'est quand même pas n'importe quoi, un ancien chef de l'Etat.

  • indyta il y a 10 mois

    avant 89et apres 89-1700-idem

  • remimar3 il y a 10 mois

    C'est Mitterrand qui a permis aux anciens présidents de toucher une allocation après la fin de leur mandat. VGE a certes pris des décisions en terme d'immigration qui ont contribué à la situation déplorable actuelle, mais ses prédécesseurs ont laissé les entreprises françaises recruter des travailleurs étrangers pour faire du dumping sur les salaires français. La recherche du profit maximum est nuisible sur le long terme.