Commandes en recul, ventes en hausse pour Thales au 1er trimestre

le
0
RECUL DES COMMANDES EN RECUL MAIS HAUSSE DES VENTES POUR THALES AU 1ER TRIMESTRE
RECUL DES COMMANDES EN RECUL MAIS HAUSSE DES VENTES POUR THALES AU 1ER TRIMESTRE

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Thales a annoncé jeudi une chute de ses prises de commandes au premier trimestre, alors que les grands contrats avaient porté ses performances un an plus tôt, ainsi qu'une progression de son chiffre d'affaires grâce au pôle défense et sécurité et à l'aérospatiale.

L'équipementier, présent également dans la défense, dont l'Etat détient 27% du capital et Dassault Aviation 26%, a confirmé viser pour cette année une hausse de 5% à 8% de son résultat opérationnel courant, un chiffre d'affaires globalement stable et une légère croissance de ses prises de commandes.

Les ventes du groupe dirigé depuis fin 2012 par Jean-Bernard Lévy, l'ex-patron de Vivendi, ressortent en hausse de 3% à 2,755 milliards d'euros au premier trimestre, donnant une croissance organique de 5%.

Les prises de commandes chutent de 22% comparé au premier trimestre 2012, qui avait bénéficié de grandes commandes dans le transport et de trois contrats de plus de 100 millions d'euros contre un seul cette fois-ci, lié à l'avion de transport militaire A400M d'Airbus.

Barclays estime dans une note que le chiffre d'affaires est conforme aux attentes et que la faiblesse des prises de commandes sur ce trimestre ne devrait pas constituer une surprise car elle avait déjà été évoquée par la direction.

Le constructeur naval militaire DCNS, dont Thales détient 35%, a amélioré son chiffre d'affaires de 20% à 257 millions d'euros et ses prises de commandes de 58% à 77 millions.

Thales compte sur des contrats dans les pays émergents pour compenser la morosité de la conjoncture en Europe, en particulier dans la défense.

Les groupes présents dans la défense attendent avec inquiétude la publication lundi prochain du Livre blanc, qui fixera les orientations de la politique militaire de la France pour les années à venir, craignant des coupes budgétaires dans un contexte général d'austérité.

Edité par Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant