Combin : "Je n'étais pas aussi odieux qu'Ibrahimovi?"

le
0
Combin : "Je n'étais pas aussi odieux qu'Ibrahimovi?"
Combin : "Je n'étais pas aussi odieux qu'Ibrahimovi?"

Voilà quarante ans que Nestor Combin a pris sa retraite. Âgée de soixante-quinze balais, l'ancienne Foudre de Lyon et de la Juve est encore capable de s'abattre sur les joueurs qu'elle n'aime pas, comme Ben Arfa ou Ibra, et de se remémorer quelques souvenirs aussi délicieux que lointains.

Où vivez-vous depuis tout ce temps, Nestor ?
J'habite entre Montpellier et Sète. Pas loin de la mer, à deux kilomètres, même pas. Ça fait vingt-quatre ans que je suis là, avec ma femme. Dans notre village, il n'y a que des petites villas, il fait beau, les oiseaux chantent... Il n'y a pas de bruit de voiture, c'est calme.

Vous faites quoi de votre temps libre ?
Bah ce matin, tu vois, j'étais à la pèche avec mon fils. Mais on a dû aller les acheter, les poissons, parce qu'on a rien pris !

Vous suivez encore le foot ?
Je regarde un peu l'après-midi, oui. Moi, j'aime bien le Paris Saint-Germain depuis très longtemps. Eh oui, parce que Francis Borelli, l'ancien président, c'était mon ami. Alors que Marseille, heu... Franchement, quand ils gagnent, ils ont l'impression d'être champions du monde. Tu as vu contre Metz ? Alors qu'ils n'ont pas d'équipe...


Vous, c'est à Lyon que vous avez démarré.
"Je n'aime plus vraiment Lyon. Jean-Michel Aulas est tellement répugnant que je ne peux pas le voir."
Je n'aime plus vraiment ce club. Leur président (Jean-Michel Aulas, ndlr) est tellement répugnant que je ne peux pas le voir. Je déteste l'hypocrisie. Les gens comme ça, ça ne m'intéresse pas. Mais attention, ça reste un très bon souvenir, l'OL. On a remporté la première Coupe de France du club en 1964 avec Fleury Di Nallo. On gagne la finale contre Bordeaux 2-0, je plante les deux buts. À l'époque, on gagnait pas forcément beaucoup de trophées, mais il y avait de la joie.

Vous formiez un superbe duo avec Di Nallo.
Ah ouais... On faisait mal, très mal. C'est resté un ami. Il m'a téléphoné il y a quelques jours. Il va bien, il a eu un mauvais passage avec des soucis de santé, mais là ça va. On a fait l'armée ensemble, l'équipe de France militaire... C'est mon frère, quoi.

Après l'OL, pourquoi avoir choisi la Juve ?
Attends, je…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant