Combien vous coûte vraiment votre voiture ?

le
0

INFOGRAPHIE - Le prix moyen d'une voiture neuve ne cesse d'augmenter, pour dépasser aujourd'hui les 24.000 euros. Le Dacia Sandero est le véhicule le moins onéreux à faire rouler, selon le classement annuel de l'Argus.

De plus en plus cher. Le prix moyen de la voiture neuve vendue en France ne cesse d'augmenter, et dépasse aujourd'hui les 24.000 euros, selon l'Argus qui publie le classement annuel de plus de 1300 modèles parmi les plus vendus en France, en fonction de leur prix de revient kilométrique (PRK), c'est-à-dire du coût réel d'utilisation pour le conducteur.

Avec un prix de revient kilométrique de 0,45 centime pour 10.000 kilomètres parcourus sur la première année de détention, la Dacia Sandero remporte la palme du véhicule le moins onéreux à faire rouler. La marque low-cost, filiale du groupe Renault, remporte également la deuxième place avec sa Dacia Logan (0,47c/km), et la sixième avec la Dacia Dokker (0,55c/km) ex-aequo avec des modèles comme la Toyota Aygo. Les Dacia tenaient déjà le haut du panier l'année précédente. «Le prix d'achat des Dacia est très bas tout comme le coût d'entretien. Les primes d'assurances sont elles aussi peu élevées, car calculées sur le prix neuf du véhicule», explique Grégory Pelletier, chef de service grand public à l'Argus. Bien loin du coût d'une BMW Série 5 Touring Sport qui revient à 3,9 euros du kilomètre (pour un an de détention et 10.000 kilomètres parcourus) où d'une Mercedes GLE 400 Sportline à 4,12 euros du kilomètre.

Le prix de revient stable grâce à la baisse du pétrole

En 2014, la Mercedes Classe E500 Executive remportait le titre de voiture la plus coûteuse: 5,16 euros au kilomètre pour la première année de détention et 10.000 km parcourus, note l'étude. Cette année c'est encore une Mercedes qui domine le palmarès: le 4X4 GL 350 Bluetec avec un PRK de 4,60 euros du kilomètre. «Fait peu courant, l'inflation apparaît cette année plus modérée pour certains véhicules», note l'Argus, qui précise que seuls les modèles les plus vendus sont pris en compte. En cause, le cours du pétrole qui n'a cessé de chuté, orientant les prix des carburants à la baisse.

Attention toutefois, le coût bas du carburant ne signifie pas pour autant qu'il faut multiplier les kilomètres. «Lorsqu'un véhicule roule plus que la moyenne kilométrique établie, de 25.000 km par an pour un diesel et 15.000 km pour les essences, il est décoté, note Grégory Pelletier. A la revente, il est déprécié». Dans le match des carburants, le débat semble relancé. «À moins de parcourir plus de 20.000 ou 25.000 km par an sur des grands axes à bord d'un véhicule de taille moyenne, le diesel ne présente plus de véritable avantage financier, explique l'Argus, en comparaison d'un moteur à essence de dernière génération».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant