Combattre le cancer du sein grâce à l'assurance Prévoyance

le
0

Prévenir le cancer du sein et lutter contre la maladie est devenu un véritable enjeu médical. Depuis de nombreuses années des moyens de prévention sont mis à la disposition de toutes les femmes. Ces actions sont, notamment, soutenues par les assureurs à travers des solutions dites de prévoyance.

Le cancer du sein touche des dizaines de milliers de femmes chaque année. Cependant, des moyens de prévention et de dépistage existent pour réduire les risques et optimiser les chances de guérison.

Les moyens de prévention contre le cancer du sein

En France, près de 42.000 nouveaux cas sont déclarés chaque année. Ainsi, le risque de développer un cancer du sein avant 75 ans a fortement augmenté ces dernières décennies. En effet, selon Institut National du Cancer, 5,8% des femmes nées en 1920 sont touchées contre près de 9% pour la génération de 1950. La maladie devrait désormais toucher 1 femme sur 8 au cours de sa vie, soit 12,5% des femmes.

Malgré les prédispositions de certaines femmes (surpoids, antécédent familial…), il existe des moyens de prévenir, ou plus précisément, de diminuer le risque de développer un cancer du sein. Une alimentation riche en fruits, légumes, bêta-carotène (carotte, patate douce, mangue, épinards…), vitamine C, soja et lait permettrait de prévenir la maladie. De même, il est recommandé de limiter l'apport en viandes rouges.

À savoir

Une alimentation riche en vitamine D diminuerait les risques de formation de métastases chez les femmes atteintes d'un cancer du sein.

Une bonne hygiène de vie et une pratique sportive régulière sont également conseillées. 5 heures de sport par semaine permettraient de réduire considérablement les risques (en plus des 30 minutes de marche quotidienne déjà conseillées à tous).

Certains polluants augmenteraient le risque de développer la maladie. On parle de substances présentes dans les gaz d'échappement, dans les détachants ou produits de désinfection de l'eau. Une étude américaine menée par le Pr Mary Beth Martin met en évidence le danger du cadmium, un métal lourd, ingéré par l'intermédiaire d'eau ou de fruits et légumes contaminés. C'est aussi une substance présente dans le tabac.

Un dépistage précoce recommandé par les spécialistes

Les chercheurs mettent en avant l'importance d'un dépistage précoce pour pouvoir traiter au mieux le cancer du sein et pour optimiser les chances de guérison. Ainsi, il est recommandé aux femmes de 50 à 74 ans de passer une mammographie tous les deux ans. En 2013, le taux de participation à ce dépistage était de près de 52%, selon l'Institut National du Cancer.

En 2011, sur 2.400.000 femmes testées, on compte 1867 cas de dépistage positif. Les chiffres de 2010 indiquent 15% de cancer in situ parmi les cas de dépistage positif. Nous ne disposons pas à ce jour de données plus récentes. Même si l'efficacité de ce dépistage est sujette à controverses, des études estiment que ces mammographies régulières permettent de baisser de 15 à 21% le taux de mortalité de cancer du sein. Par ailleurs, grâce à un dépistage précoce de la maladie, les traitements proposés sont souvent moins lourds.

Des solutions de prévoyance pour un meilleur accompagnement

Il existe des contrats de prévoyance permettant d'accompagner les femmes atteintes d'un cancer du sein. Certains contrats proposent une sécurité financière et un soutien psychologique en cas de diagnostic de cancer du sein et autres cancers féminins.

Le montant de la cotisation est généralement variable en fonction de l'âge de l'assurée. La garantie peut se composer d'un capital versé au moment du diagnostic, d'indemnités journalières en cas d'hospitalisation, éventuellement d'un forfait de convalescence et d'un soutien psychologique.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant