Combats pour le contrôle de l'aéroport de Donetsk

le
0
OFFENSIVE UKRAINIENNE POUR REPRENDRE L'AÉROPORT DE DONETSK
OFFENSIVE UKRAINIENNE POUR REPRENDRE L'AÉROPORT DE DONETSK

par Alastair Macdonald et Yannis Behrakis

KIEV/DONETSK Ukraine (Reuters) - Les forces ukrainiennes ont lancé lundi une offensive pour reprendre aux séparatistes pro-russes l'aéroport international de Donetsk, dans l'est du pays, partiellement occupé dans la nuit par les insurgés.

L'homme d'affaires Petro Porochenko, qui a revendiqué sa victoire dimanche dès le premier tour de l'élection présidentielle ukrainienne, a dit refuser tout dialogue avec les "terroristes" et estimé que l'armée serait capable de mettre fin "en quelques heures" à la révolte séparatiste dans l'Est.

Les Ukrainiens ont voté massivement dimanche pour Porochenko en espérant que ce milliardaire de 48 ans parviendra à sauver le pays de la faillite, de la guerre civile et du démembrement.

Les autorités russes se sont dites prêtes au dialogue avec le nouveau président ukrainien mais ont demandé au préalable à Kiev de ne pas intensifier ses opérations militaires dans l'Est.

Lors d'une conférence de presse à Kiev, alors que les combats se déroulaient à Donetsk, Petro Porochenko a souligné que l'offensive des forces gouvernementales devait être aussi rapide qu'efficace.

"L'opération antiterroriste ne doit pas durer deux ou trois mois, elle ne doit durer que quelques heures", a-t-il dit en dénonçant les séparatistes qui "veulent maintenir un Etat bandit instauré par les armes".

"Ce sont des bandits, rien de plus. Personne, dans un Etat civilisé, ne discute avec des terroristes", a-t-il martelé.

"PROTÉGER LA POPULATION"

Les séparatistes ont pris dans la nuit de dimanche à lundi le terminal de l'aéroport international Serge Prokofiev de Donetsk mais l'armée ukrainienne a contre-attaqué quelques heures plus tard.

Des avions ont bombardé les positions rebelles et une épaisse colonne de fumée noire s'élevait lundi après-midi au-dessus de l'aéroport.

Kiev a précisé qu'au moins trois avions de l'armée de l'air avaient procédé à des "tirs de sommation" autour des installations puis bombardé une zone où les forces séparatistes étaient concentrées.

Des parachutistes ont aussi été dépêchés en hélicoptère sur place afin de "nettoyer" le secteur.

Après trois heures de combats, un journaliste de Reuters a vu trois hélicoptères Mi-24 tirer sur le terminal de l'aéroport, puis sur la piste.

Après dépouillement de plus des trois quarts des bulletins, Porochenko recueille 54% des voix, loin devant sa rivale Ioulia Timochenko (13,1%).

Dans les régions de l'Est aux mains des séparatistes, seuls 20% des bureaux de vote ont pu ouvrir, mais les observateurs de l'OSCE en Ukraine ont validé le déroulement du scrutin, le jugeant conforme aux normes démocratiques.

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé que l'élection de Porochenko serait "une bonne nouvelle". L'Elysée s'est réjoui de l'ouverture d'une "nouvelle phase (...) qui doit permettre la stabilisation politique et le redressement économique".

L'Union européenne a salué pour sa part une "étape majeure" vers une réduction des tensions entre Kiev et Moscou.

Lors de sa conférence de presse, Petro Porochenko a dit qu'il voulait rencontrer les dirigeants russes dans la première quinzaine de juin.

"J'espère que la Russie appuiera nos efforts pour faire face à la situation dans l'Est", a-t-il déclaré, tout en excluant de ne pas intervenir contre les groupes armés. "Protéger la population est un devoir pour l'Etat", a-t-il souligné, promettant de donner plus de moyens à l'armée.

(Avec Richard Balmforth, Natalia Zinets, Pavel Polityuk, Gareth Jones, Alastair Macdonald et Anna Dabrowska à Kiev, Sabina Zawadzki, Gabriela Baczynska et Lina Kushch à Donetsk; Guy Kerivel pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant