Combats intenses en Ukraine près du site du vol MH17

le
0
COMBATS INTENSES DANS L'EST DE L'UKRAINE PRÈS DU SITE DU MH17
COMBATS INTENSES DANS L'EST DE L'UKRAINE PRÈS DU SITE DU MH17

par Gabriela Baczynska

KIEV (Reuters) - Les combats se sont intensifiés mercredi entre les forces régulières ukrainiennes et les rebelles pro-russes dans l'est du pays, à proximité du secteur où s'est écrasé le Boeing de Malaysia Airlines le 17 juillet dernier.

Le gouvernement de Kiev a accusé les séparatistes d'avoir miné les environs du site, interdisant de ce fait toute possibilité d'enquête efficace sur les causes de la catastrophe, que Washington et Bruxelles attribuent au tir d'un missile sol-air SA-11 livré par la Russie aux rebelles.

Aucune confirmation n'a pu être obtenue de source indépendante sur la présence ou non de mines antipersonnel dans les environs du lieu où est tombé le vol MH17 avec 298 personnes à son bord, dont aucune n'a survécu.

Selon Andriy Lysenko, porte-parole de l'armée ukrainienne, les rebelles ont fortifié leur présence dans ce secteur, avec déploiement de pièces d'artillerie en plus de la pose de mines antipersonnel.

"Cela rend impossible le travail des experts internationaux qui tentent de commencer à travailler sur les raisons du crash du Boeing 777", a-t-il dit.

Les experts néerlandais ont une nouvelle fois renoncé à accéder au site, a annoncé mercredi matin le chef de la mission néerlandaise. "Aujourd'hui, le convoi des experts néerlandais ne se rendra pas à l'endroit où s'est écrasé le vol MH17. La situation n'est pas suffisamment sûre sur le plan de la sécurité", a expliqué Pieter Jaap Aalbersberg dans un communiqué.

"Nous allons continuer à essayer d'accéder à la zone dans les prochains jours, mais il faudra encore s'assurer que la situation devienne plus sûre", a ajouté le responsable de la mission néerlandaise.

Valentin Nalivaïtchenko, qui dirige les services fédéraux de sécurité (SBU), a affirmé pour sa part que des lance-missiles de type Grad, parmi d'autres systèmes d'armement, franchissaient la frontière russe en direction de l'Ukraine.

"Il s'agit d'une grave agression militaire", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Après l'avancée récente des troupes ukrainiennes, les rebelles sont principalement retranchés dans les villes de Donetsk et Louhansk, dont ils ont fait les capitales de deux "Républiques populaires" autoproclamées, et dans les campagnes environnantes.

(avec Aleksandar Vasovic à Donetsk, Natalia Zinets à Kiev et Anthony Deutsch à Amsterdam; Simon Carraud et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant