Combats entre rebelles syriens près de la frontière turque

le
0
    BEYROUTH, 14 novembre (Reuters) - Des combats entre groupes 
rebelles rivaux ont éclaté lundi dans la ville d'Azaz, près de 
la frontière syro-turque, accentuant les divisions entre 
insurgés alors que les forces de Bachar al Assad assiègent les 
quartiers d'Alep-Est. 
    Les affrontements ont opposé le Front du Levant, un groupe 
de l'Armée syrienne libre (ASL) soutenue par la Turquie, a 
d'autres factions de l'ASL ralliées aux islamistes d'Ahrar al 
Cham, ont dit des sources dans les deux camps. 
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le 
Front du Levant a perdu dans la bataille son quartier général et 
plusieurs postes de contrôle. Un responsable du groupe a indiqué 
que des combattants participant à l'offensive contre le groupe 
Etat islamique (EI) à Al Bab avaient dû être rappelés en renfort 
à Azaz. 
    Les affrontements ont incité Ankara à fermer le poste 
frontière d'Oncupinar, un axe d'approvisionnement majeur entre 
la Turquie et les territoires contrôlés par les insurgés dans le 
nord de la Syrie. 
    Ces combats pourraient avoir des répercussions jusqu'à Alep, 
à 60 km plus au sud, où les groupes impliqués dans les combats 
sont aussi représentés et se sont récemment affrontés pour le 
contrôle de positions et de stocks d'armes. 
    A Azaz, Ahrar al Cham et le groupe Nour al Dine al Zinki, 
affilié à l'origine à l'ASL mais qui combat de plus en plus aux 
côtés des islamistes voire des djihadistes comme ceux du Front 
Fateh al Cham (ex-Front al Nosra) à Alep, ont dit avoir lancé 
une campagne visant à "nettoyer" le nord de la Syrie des groupes 
agissant de manière mafieuse. 
    Le responsable du Front du Levant a estimé de son côté que 
ces affrontements fratricides pourraient porter un coup fatal à 
la rébellion au moment où son avenir est déjà en suspens après 
l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis et son 
possible rapprochement avec Vladimir Poutine, principal allié du 
président syrien Bachar al Assad. 
 
 (Tom Perry; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant