Combats entre groupes touaregs rivaux dans le nord du Mali

le
0

(Actualisé avec bilan) BAMAKO, 18 septembre (Reuters) - De nouveaux combats entre séparatistes touaregs et miliciens progouvernementaux ont fait au moins 15 morts, jeudi, dans le nord du Mali, malgré l'accord de paix signé en juin, ont fait savoir les deux camps. Les séparatistes de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et les miliciens de la Plateforme, qui réunit des groupes alliés au gouvernement de Bamako, se sont mutuellement rejeté la responsabilité de ces affrontements qui se sont déroulés à Inafarak, près de la frontière algérienne. Les deux groupes touaregs rivaux s'étaient déjà violemment affrontés en août près d'Anefis, où une vingtaine de combattants avaient été tués. "Les combats ont repris ce matin à Inafarak où les milices progouvernementales sont arrivées récemment pour préparer une offensive contre la CMA", a déclaré Attaye Ag Mohamed au nom de la Coordination. Sur les 15 tués, 13 sont des membres de la Plateforme, a-t-il précisé, ajoutant que 70 pick-ups du mouvement se trouvaient toujours dans le secteur, ce qui pourrait donner lieu à de nouveaux affrontements vendredi. Mehdi Ag Almoubareck, porte-parole du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), principale composante de la Plateforme, a quant à lui fait état de 17 morts, dont 14 dans les rangs de la CMA. "Nous avons été informés qu'un échange de tirs avait eu lieu là-bas, mais qu'il avait cessé peu après", a par ailleurs déclaré Radhia Achouri, porte-parole de la mission des Nations unies au Mali (Minusma). Aucun casque bleu ne se trouvait dans le secteur. Selon des sources proches des services de sécurité, les combats ont notamment pour enjeux le contrôle des voies de contrebande vers l'Algérie et le Niger, utilisées aussi bien par les trafiquants de cocaïne et d'armes que par les commerçants. Les médias algériens ont fait état mercredi d'une importante saisie d'armes, dont des mitrailleuses lourdes, des munitions et des grenades à Inafarak. (Souleymane Ag Anara et Emma Farge; Tangi Salaün et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant