Combats en Ukraine : les experts renoncent à se rendre sur la zone du crash

le
1
Combats en Ukraine : les experts renoncent à se rendre sur la zone du crash
Combats en Ukraine : les experts renoncent à se rendre sur la zone du crash

Regain de tension ce dimanche en Ukraine. Les policiers néerlandais et australiens ont été contraint d'annuler leur déplacement sur le site de la catastrophe aérienne alors que les combats s'intensifiaient dans l'est du pays y compris près de la zone du crash du vol MH17. 

«Les combats se poursuivent. Nous ne pouvons pas prendre de risques», a déclaré dimanche Alexander Hug, responsable de la mission de l'OSCE sur place estimant que la situation en matière de sécurité était «inacceptable». Depuis plusieurs jours en effet, leur travail est compliqué par des combats entre loyalistes et séparatistes qui n'arrêtent pas dans la région malgré un cessez-le-feu fragile aux abords directs du site.

13 civils tués à 45 km de Donetsk

Ce dimanche à Gorlivka, l'un des bastions des rebelles, à 45 km au nord de Donetsk, treize civils dont deux enfants ont été tués, vraisemblablement par des tirs de lance-roquettes sur les quartiers d'habitation attribués aux rebelles. «Dans le parc, j'ai vu un homme, une femme et un enfant par terre, morts d'après ce que je pouvais constater. Près de la gare, un magasin a été détruit, la station de bus était en feu et des gens morts gisaient autour» témoigne une habitante de la ville. Des combats ont également été signalés à Avdiïvka, à 18 km au nord de Donetsk.

Selon un photographe de l'AFP, les tirs d'artillerie étaient entendus dimanche à un kilomètre du site du crash de l'avion malaisien dans l'est de de l'Ukraine, dans une zone sous contrôle des séparatistes pro-russes. Il y avait de la fumée noire près du site et des gens s'enfuyaient. Un check-point rebelle à proximité a été abandonné.

Des restes des corps sur le site du crash

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a été abattu par un missile dans l'est de l'Ukraine avec 298 personnes à son bord. Avec l'Australie, les Pays-Bas, qui ont payé un lourd tribut dans la catastrophe, ont été chargés du processus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le dimanche 27 juil 2014 à 21:34

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/identifier-la-desinformation-6729