Combats aux portes de Ramadi entre l'EI et l'armée irakienne

le
0

BAGDAD, 17 avril (Reuters) - Des combats opposaient vendredi les forces de sécurité irakiennes à celles de l'Etat islamique aux portes de Ramadi, la capitale de la vaste province d'Anbar, qui pourrait tomber aux mains des djihadistes sans l'arrivée rapide de renforts. Les djihadistes de l'EI sont à 500 mètres à peine du centre de Ramadi, ont indiqué la police et des membres du conseil provincial. De nombreux habitants ont commencé à fuir, agitant des drapeaux blancs. "La situation en Anbar est critique", a déclaré Sabah Karhout, un membre du conseil provincial. Deux vice-gouverneurs de la province ont tenu des propos similaires. La coalition internationale emmenée par les Etats-Unis n'effectue pas suffisamment de frappes aériennes pour protéger la ville, indiquent-ils. Un porte-parole du ministère de la Défense a minimisé la menace pour Ramadi. L'armée va bientôt lancer une contre-offensive pour repousser l'avance de l'EI dans le secteur, a-t-il affirmé. L'EI organise des incursions près de Ramadi depuis la semaine dernière, depuis que le gouvernement irakien a annoncé une nouvelle offensive pour reprendre l'Anbar. De grandes parties de cette province qui s'ouvre à l'ouest de Bagdad sont aux mains de l'Etat islamique depuis l'an dernier. L'EI a subi une importante défaite ce mois-ci en perdant Tikrit, fief de feu Saddam Hussein, au nord de Bagdad. Ses combattants tentent de reprendre la main avec des combats en Anbar et à la principale raffinerie du pays, Baïdji. (Isabel Coles; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant