Combats au Yémen, les Houthis rechignent à négocier au Koweït

le
0
 (Actualisé avec Ban Ki-moon, message du Conseil de sécurité) 
    KOWEIT, 19 avril (Reuters) - L'émissaire de l'Onu pour le 
Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, s'est employé mardi à 
convaincre les miliciens chiites Houthis d'envoyer des 
représentants aux négociations de paix au Koweït alors que, sur 
le terrain, la trêve décrétée ce mois-ci est au bord de 
l'effondrement. 
    Dans un communiqué publié à New York, le secrétaire général 
des Nations unies Ban Ki-moon a appelé toutes les parties à 
contacter son émissaire "pour que les discussions puissent 
s'ouvrir sans délai". 
    L'ambassadeur de Chine à Sanaa, la capitale yéménite, a par 
ailleurs remis aux Houthis un message des cinq membres 
permanents du Conseil de sécurité de l'Onu les exhortant à 
participer aux négociations, a-t-on appris de source 
diplomatique. 
    "Nous comprenons vos inquiétudes mais vous devez aller au 
Koweït pour les exposer", déclarent les Cinq dans ce message. 
    Les miliciens Houthis, qui contrôlent une bonne partie du 
Yémen dont Sanaa, se sont montrés "très coopératifs" jusqu'à 
dimanche et étaient alors d'accord sur presque tout avec 
l'émissaire des Nations unies, a déclaré un conseiller de la 
délégation onusienne au Koweït. 
    "Depuis lors, ils ont complètement changé et cela a 
fortement surpris (Ould Cheikh Ahmed)", a dit à Reuters ce 
conseiller, sous le couvert de l'anonymat. L'émissaire des 
Nations unies s'efforce désormais, auprès du gouvernement 
yéménite et des Houthis, d'aplanir les problèmes qui ont surgi. 
    Les négociateurs Houthis exigent que le cessez-le-feu initié 
le 10 avril soit pleinement respecté avant de pouvoir se rendre 
au Koweït pour les négociations, qui doivent se dérouler avec 
les représentants du gouvernement du président yéménite 
Abd-Rabbou Mansour Hadi. 
    Les Houthis rejettent en outre le projet d'ordre du jour, 
qui prévoit qu'ils remettent leurs armes lourdes et se retirent 
des zones sous leur contrôle avant que soit formé un nouveau 
gouvernement englobant toutes les forces yéménites en présence. 
    Sur le terrain, les habitants de la province de Marib ont 
signalé mardi une intensification des combats, des renforts de 
troupes fidèles à Hadi étant arrivés lundi après avoir subi un 
entraînement en Arabie saoudite. 
    D'autres combats ont été signalés à Taëz, dans le sud-ouest 
du pays, malgré la présence d'observateurs de la trêve, et des 
avions de la coalition arabe sous conduite saoudienne ont 
survolé la capitale yéménite. 
 
 (Mohamed Ghobari; Eric Faye et Guy Kerivel pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant