Combats à Benghazi, Tripoli se dote de son propre gouvernement

le
0

BENGHAZI, Libye, 6 septembre (Reuters) - Des combats ont opposé samedi les forces de l'ancien général Khalifa Haftar aux activistes islamistes à Benghazi, dans l'est de la Libye, pays en proie à un chaos grandissant trois ans après le renversement de Mouammar Kadhafi. Des islamistes armés tentent de prendre l'aéroport civil et militaire de Benghazi aux forces gouvernementales alliées aux partisans de Khalifa Haftar, général de l'armée du temps de Khadafi. En représailles, les forces de Khalifa Haftar ont bombardé à l'aide d'hélicoptères des camps d'islamistes présumés, a-t-on appris de sources militaires. Les affrontements qui se sont déroulés une bonne partie de la journée dans un faubourg de la ville portuaire ont fait trois morts et trois blessés, ont dit des responsables hospitaliers à Reuters. La Libye ne parvient pas à se doter d'institutions solides et les responsables élus se montrent incapables d'imposer leur autorité aux différents mouvements armés issus de la révolution contre Mouammar Kadhafi, autrefois alliés et désormais rivaux. Alliée aux islamistes, une brigade de Misrata, ville de l'ouest du pays, a pris en août le contrôle de Tripoli et de la plupart des institutions gouvernementales, ce qui a contraint le gouvernement et la Chambre des représentants élue en juin à quitter la capitale pour s'installer à Tobrouk, dans l'est du pays. Porte-parole des forces de Khalifa Haftar, Mohamed el Hedjazi a affirmé que son camp préparait une offensive militaire sur Tripoli, sans plus de précisions. Les nouveaux maîtres de Tripoli ont désigné leurs propres parlement et gouvernement, non reconnus par la communauté internationale. Une chaîne de télévision, Al Nabaa, a montré samedi la prestation de serment de l'homme qu'ils ont désigné comme Premier ministre, Omar al Hassi, et de son gouvernement. Le gouvernement officiel d'Abdallah al Thanni, élu la semaine dernière par la Chambre des représentants, a réagi dans un communiqué en affirmant sa volonté de représenter l'ensemble du peuple libyen. (Ayman al Warfalli, Feras Bosalum et Ahmed Elumami; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant