Combats à Aden, raids aériens arabes en divers points du Yémen

le
0
CHAOS AU YÉMEN
CHAOS AU YÉMEN

ADEN (Reuters) - Des combats ont opposé dimanche les forces fidèles au président yéménite Abd-Rabbou Mansour Hadi, soutenu par l'Arabie saoudite, aux miliciens chiites houthis dans le centre d'Aden, dernier grand bastion du chef de l'Etat.

Plus largement, de violents affrontements ont été signalés dans sept provinces du sud et de l'est du Yémen entre, d'une part, des Houthis et des unités de l'armée fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh et, d'autre part, des membres de tribus sunnites, des partisans du président Hadi et des séparatistes armés du Sud.

Les hommes de Hadi à Aden ont fait état d'une fusillade dans le quartier du Cratère, qui a fait trois morts, et ils ont annoncé, à l'issue de combats qui ont duré toute la nuit, avoir repris l'aéroport, lequel a changé de main à plusieurs reprises en cinq jours de combats.

Des témoins présents à Dar Saad, un quartier du nord d'Aden, ont dit avoir vu deux chars détruits par les partisans du président Hadi. Cinq miliciens Houthis ont été tués dans la banlieue de la ville, ont rapporté des fidèles du président.

Un navire de guerre chinois est entré dans le port d'Aden dimanche afin d'évacuer des diplomates et autres expatriés chinois, a déclaré à Reuters un responsable portuaire.

Les frappes aériennes de la coalition arabe sous conduite saoudienne ont fait par ailleurs 35 morts et 88 blessés dans la nuit de samedi à dimanche, a en croire le ministère de la Santé, fidèle aux Houthis qui contrôlent la capitale, Sanaa. Ces chiffres n'ont pu être vérifiés.

LE FILS DE SALEH LIMOGÉ

Les avions de la coalition arabe ont frappé des objectifs militaires dans les aéroports de Sanaa et d'Hodeïda, grand port sur la mer Rouge.

A Saada, bastion des Houthis proche de la frontière saoudienne, les raids aériens ont visé des camps militaires des Houthis et des unités de l'armée fidèles à l'ancien président Saleh.

Celui-ci a démissionné en 2011 à la suite de grandes manifestations mais il exerce toujours une influence considérable au Yémen. Il a appelé samedi les dirigeants arabes à cesser leur offensive aérienne contre les Houthis, lancée jeudi dernier, et à relancer des négociations sur une transition politique au Yémen.

Il a prié le monde arabe de cesser "l'agression et à revenir à la table des négociations" en soulignant que son successeur n'avait pas regagné le pays.

Hadi, qui se trouvait samedi à Charm el Cheikh avant de se rendre en avion à Ryad en Arabie saoudite, a quant à lui limogé Ahmed Saleh, fils de l'ancien président, qui occupait les fonctions d'ambassadeur aux Emirats arabes unis, a rapporté un responsable yéménite.

Dans la province orientale de Chaboua, une grande bataille a opposé dimanche des membres de tribus aux Houthis dans une base militaire et une trentaine de miliciens chiites ont péri dans ces combats, dit-on affirmé de source tribale.

(Mohammed Moukhachaf et Sami Aboudi; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant