Coman le Barbare roi

le
0
Coman le Barbare roi
Coman le Barbare roi

Pas encore assez fort pour le PSG et la Juve, Kingsley a enchaîné un bon match en Ligue des champions et deux en Bundesliga avec le Bayern. C'est peu, mais si c'était déjà beaucoup ? Itinéraire d'un joueur entre Pogba, Diarra et Henry.

Le 7 juillet 2014, Kingsley Coman, 18 ans, s'engage pour deux ans avec la Juventus Turin. Encore un symbole de la formation parisienne qui s'en va, avant même d'avoir pu prouver quoi que ce soit. Un départ du Paris Saint-Germain marqué de scepticisme teinté de pragmatisme : pourquoi si tôt, dans un club où le temps de jeu est peut-être au moins aussi incertain, dans un pays dont il ne connaît rien ? Lui est droit dans ses bottes, comme il l'explique au Parisien. " C'est une décision réfléchie. Je sais pourquoi je suis parti et je n'ai aucun compte à régler avec le PSG. Je voulais juste être considéré à ma juste valeur. " De son côté, Nasser Al Khelaïfi ne comprend pas non plus : " Je pense que les jeunes sont vraiment très impatients, ils veulent jouer tout de suite, ne pas attendre. C'est un grand problème. Zlatan, Thiago Silva, David Luiz ou Thiago Motta ne sont pas devenus grands comme ça. J'ai essayé de le garder. ( ) La vérité ? Jamais il n'aurait commencé avec nous aujourd'hui, peut-être dans deux ans, mais pas avant." Pourtant, avec la Vecchia Signora, il commence. Très bien même. Titulaire pour la première journée de Serie A face au Chievo, il est élu homme du match. Les médias transalpins sont ravis, certains de tenir un nouveau Pogba. Las, n'est pas Paul qui veut. Sur l'ensemble de la saison, Coman prend part à 20 bouts de matchs. 637 minutes, pour si peu de choses. Un but en Coupe d'Italie lors d'une démonstration face au Hellas, parce qu'il aime bien Vérone. Deux assists en Serie A. Son meilleur moment, c'est peut-être d'être entré une minute lors d'une finale de Ligue des champions, déjà perdue certes, mais une finale de Ligue des champions tout de même. Ce n'est pas donné à tout le monde.

De Vérone aux aléas du mercato


L'été arrive, et en dépit des arrivées de Zaza, Dybala et Mandžukić, Coman compte défendre sa place turinoise. L'inexplicable se produit alors : le Bayern Munich s'intéresserait au Français. Une rumeur folle, incompréhensible, grotesque. Digne d'un générateur. Le joueur n'est pas espagnol, n'est pas milieu de terrain, perd souvent la balle, dribble. Son intelligence tactique semble encore chiche. Il n'a rien prouvé. Que peut bien lui trouver Pep Guardiola ? Sauf qu'Arturo Vidal jette de l'huile sur le feu à Bild : " Kingsley est un jeune joueur qui a de grandes qualités. Il est puissant, rapide et a une immense…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant