Coman, la Juve est déjà loin

le
0
Coman, la Juve est déjà loin
Coman, la Juve est déjà loin

Installé dans la capitale bavaroise depuis la fin de l'été 2015, l'ancien Turinois est en train de réaliser des débuts tonitruants dans son nouveau club. Au point d'avoir tapé dans l'œil de Didier Deschamps et de donner des regrets aux tifosi bianconeri, qu'il semble avoir définitivement oubliés.

Loin des yeux, loin du cœur. Pour le jeune Kingsley Coman, le célèbre proverbe est véritablement en train de se vérifier en Bavière. Barré par Carlos Tévez et Álvaro Morata sur le front de l'attaque turinoise l'an passé, puis par des piliers comme Pogba, Vidal ou Marchisio au milieu, le Français n'a jamais trouvé sa place dans les rangs bianconeri. La faute à un manque criant d'expérience (Kingsley est tout juste majeur quand il signe à la Juve), mais aussi à des titulaires littéralement imbougeables. Car même si son temps de jeu a été multiplié par douze par rapport à sa saison précédente à Paris (passant de 52 à 640 minutes), le petit en voulait plus et a donc décidé, contre toute attente, de rejoindre l'immense Bayern l'été dernier. Prêté deux saisons chez l'ogre bavarois, Coman s'expose à une concurrence encore plus rude qu'à Turin. Beaucoup le voient échouer, l'imaginant croupir dans la réserve du champion teuton, lui s'en moque et préfère suivre son instinct. "C'est un rêve qui devient réalité", déclarait-il à la presse peu après sa signature. Sept mois plus tard, non seulement le rêve du Français s'est réalisé, mais le pari, son pari, est remporté haut la main.

Kingsley l'opportuniste


Ligue 1, Trophée des champions, Scudetto, Coupe d'Italie, Supercoupe d'Italie. Voici, pêle-mêle, la liste des récompenses décrochées par Kingsley Coman lors des deux dernières saisons. Liste à laquelle il faudra peut-être ajouter une Bundesliga, une Coupe d'Allemagne et une Ligue des champions prochainement. Le tout à 19 ans, et quasiment sans jouer – du moins au PSG et à la Juve. Quand certains évoqueront son flair ou sa malice, d'autres préféreront parler d'opportunisme. Ce qui est sûr, c'est que Coman sait se faire désirer. Du PSG au Bayern en passant par la Juventus et l'équipe de France, le petit Parisien a réussi à amadouer à la fois joueurs, entraîneurs et dirigeants. Quand il quitte Paris à l'été 2014, le président Al-Khelaïfi vient de lui faire une proposition difficilement refusable : un contrat pro assorti d'une paie à 25 000 euros par mois. Pourtant, Kingsley refuse et part rejoindre Pogba et Tonton Pat' à Turin, avec trois trophées dans la musette et 55 minutes chez les pros dans les jambes. Malgré des qualités plus qu'évidentes, le pari est osé côté italien. Coman n'a encore rien prouvé ? Pas grave.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant