Coman ça va Kingsley ?

le
0
Coman ça va Kingsley ?
Coman ça va Kingsley ?

Retenu en équipe de France mais de nouveau absent pour cause de blessure, Kingsley Coman a pourtant du mal à enchaîner depuis l'Euro. Confronté à une forte concurrence, l'ancien Parisien joue peu et n'est plus décisif. Juste le temps de s'adapter aux exigences de Carlo Ancelotti.

Après avoir annoncé les vingt-trois heureux élus de sa sélection, Didier Deschamps passe à l'épisode traditionnel des questions. Pourquoi Anthony Martial et Alexandre Lacazette sont-ils absents ? Reverra-t-on André-Pierre Gignac et Mathieu Valbuena sous le maillot tricolore ? Comment expliquer la présence de Nabil Fekir et d'Olivier Giroud ? Quel avenir pour Anthony Modeste ? En revanche, aucune interrogation, aucun débat sur Kingsley Coman, qui fait alors partie du groupe. Parce que faire appel à lui coule de source ? Absolument pas. Plutôt parce que les journalistes sur place ont jugé que le Munichois n'avait pas à faire l'actualité.

La pression ? Quelle pression ?


Pourtant, si l'entraîneur des Bleus avait choisi de ne pas retenir le joueur de vingt ans, personne n'aurait crié au scandale. Coman est en effet loin de faire l'unanimité en ce début de saison. Depuis la reprise, KC n'a en effet participé qu'à huit rencontres avec son club toutes compétitions confondues, dont seulement quatre en tant que titulaire. Ce qui fait en tout et pour tout 318 minutes de jeu. Surtout, l'ailier n'arrive plus à faire parler ses jambes quand il est aligné d'entrée, ni à profiter de la fatigue adverse pour déstabiliser les défenses quand il entre. Ainsi, il n'a pas encore trouvé le chemin des filets, ni réalisé la moindre passe décisive. Dur. D'où la question : la pression est-elle trop pesante pour celui qui a participé à l'Euro cet été et qu'on n'attendait pas à un tel niveau la saison dernière ?

Rien à voir selon François Rodrigues, le coach de l'équipe réserve du Paris Saint-Germain qui a connu Coman dans les équipes de jeune à Paris : "La pression, ce n'est pas un facteur limitant pour lui. Quand il était ici avec les équipes de jeunes, ce n'était pas un gamin qui se mettait une pression particulière, hein. Au contraire. C'est quelqu'un qui adore le football et qui ne se pose pas de question. Regarde quand il est entré avec la France ou le Bayern en 2015-2016, la pression était très forte et il a répondu présent", évoquant par-là les matchs de Ligue des champions (contre la Juve notamment). "Aujourd'hui,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant