Colonna : quand un policier manie l'art de l'esquive 

le
0
Roger Marion a affronté le tir nouri des avocats sans remettre en cause les enquêtes de ses services.

Si Roger Marion enseignait les mathématiques, il pourrait se vanter d'avoir une approche révolutionnaire de sa science et proposerait des équations insolites. Par exemple: chargé de résoudre l'assassinat du préfet de Corse, vous êtes persuadé que les commanditaires se trouvent dans le «milieu agricole subversif», vous arrêtez finalement un professeur agrégé de géographie et un de ses collègues certifié en maths qui seront acquittés, expliquez en quoi votre raisonnement est imparable.

Témoin à la cour d'assises devant laquelle comparaît Yvan Colonna, Roger Marion, 64 ans, fut, à partir du 6 février 1998, le principal responsable de la traque des tueurs d'Ajaccio, en tant que chef de la Division nationale antiterroriste. Il dépose à cette barre pour la cinquième fois, et cette routine confère à celui que ses hommes surnommaient «Eagle 4» (pour «y gueule fort») une sorte de détachement suprême. Il a toujours cette gestuelle pittoresque, faite de prestes gü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant