Colonna : le témoin à charge ne veut plus rien dire

le
0
L'ex-épouse d'Alain Ferrandi avait vu Colonna avec le commando le soir du meurtre. Mais mercredi, elle n'a plus voulu témoigner.

Un silence glaçant, un cri du c½ur, une pirouette épistolaire: la 25 e journée d'audience du troisième procès d'Yvan Colonna a été chargée.

Le silence, d'abord. Celui de Jeanne Finidori, ex-épouse d'Alain Ferrandi. Placée en garde à vue en même temps que son mari, le 21 mai 1999, elle avait livré une déposition accablante pour Yvan Colonna, racontant - avec un luxe de ces détails «qui ne s'inventent pas» comme les prise l'accusation - l'avoir vu arriver chez elle avec MM. Ferrandi et Alessandri dix minutes après l'assassinat du préfet Érignac, le 6 février 1998. Longtemps après, elle s'était mollement rétractée. Aujourd'hui, Mme Finidori, venue de si mauvaise grâce qu'elle refuse d'abord de prêter serment, n'accuse ni n'exonère le box. À chaque question, elle répond: «Je n'ai rien à dire.»

L'avocat général Plantevin: «Avez-vous quelque chose à déclarer sur l'implication d'Yvan Colonna?»

Le témoin: «Je n'ai rien à dire.» À cet instan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant