Colombie-Une unité des Farc refuse de déposer les armes

le
0
    BOGOTA, 7 juillet (Reuters) - L'unité des Forces armées 
révolutionnaires colombiennes (Farc) qui avait retenu en otage 
l'ancienne candidate à l'élection présidentielle Ingrid 
Betancourt a dit mercredi refuser de déposer les armes dans le 
cadre d'un éventuel accord de paix avec Bogota. 
    Le Front Armando Rios, une unité d'environ 200 combattants 
basée dans la jungle de la province de Guaviare, dans le sud-est 
de la Colombie, a fait part de sa décision deux semaines après 
l'annonce d'un accord de cessez-le-feu conclu à Cuba entre les 
Farc et le gouvernement. 
    Il s'agit du premier signe de dissensions internes aux Farc 
depuis ce développement majeur du processus de paix entamé il y 
a trois ans pour mettre fin à un conflit qui a fait plus de 
220.000 morts et déplacé des millions de personnes. 
    "Nous avons pris la décision de ne pas démobiliser, nous 
allons continuer le combat jusqu'à la prise du pouvoir par le 
peuple et pour le peuple, indépendamment de la décision des 
autres membres de l'organisation", dit le Front Armando Rios 
dans un communiqué. 
    Le groupe, qui avait détenu Ingrid Betancourt pendant six 
ans et demi, de 2002 à 2008, explique sa décision par le fait 
que l'accord de paix ne permettra pas de résoudre, selon lui, 
les problèmes économiques et sociaux qui avaient poussé les 
rebelles à prendre les armes il y a un demi-siècle. 
     
 
 (Luis Jaime Acosta; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant