Colombie : le gouvernement signe un nouvel accord de paix avec les Farc

le
0
Colombie : le gouvernement signe un nouvel accord de paix avec les Farc
Colombie : le gouvernement signe un nouvel accord de paix avec les Farc

Nouvel accord, nouvelle chance. La Colombie tente une nouvelle fois de mettre fin à un conflit armé vieux de 52 ans. Un nouveau traité vient en effet d'être signé samedi à La Havane, entre la guérilla des Farc et le gouvernement de Bogota.

 

Cette nouvelle tentative pour sauver la paix intervient après le rejet par référendum d'un premier accord considéré comme historique. «Je dois humblement reconnaître que ce nouvel accord est un meilleur accord», a déclaré le président colombien Juan Manuel Santos depuis la capitale, faisant référence au précédent pacte négocié avec la guérilla mais rejeté dans les urnes le 2 octobre par les Colombiens. 

 

Pas de précisions sur un nouveau référendum

 

Les parties n'ont pas précisé si une consultation serait à nouveau organisée pour valider cet accord remanié et tourner enfin la page d'un conflit qui a fait officiellement 260 000 morts, près de 7 millions de déplacés et quelque 45 000 disparus. Le président Santos, lauréat du prix Nobel de la paix cette année pour ses efforts en faveur de la résolution du conflit colombien, a reçu samedi le chef de file du «Non», l'ex-président, Alvaro Uribe. Celui-ci a indiqué avoir demandé au président de veiller à ce que ce nouvel accord «n'ait pas de portée définitive» et qu'il soit «porté à la connaissance des porte-voix du Non et des victimes» avant d'être appliqué.

 

Issues en 1964 d'une insurrection paysanne, les Farc constituent la première guérilla de Colombie avec 5765 membres. L'autre rébellion, l'Armée de libération nationale (ELN, environ 1.000 membres), est aussi engagée dans des pourparlers avec le gouvernement mais l'ouverture officielle de négociations vient d'être suspendue, Bogota exigeant préalablement la libération d'un ex-député par l'ELN.

 

  Aucun changement fondamental par rapport à l'accord initial

La guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant