Colombie-L'enquête confirme la panne sèche de l'avion accidenté

le
0
    par Julia Symmes Cobb 
    MEDELLIN, Colombie, 1er décembre (Reuters) - L'avion qui 
s'est écrasé lundi en Colombie, faisant 71 morts, est tombé en 
panne de carburant, a annoncé l'Autorité de l'aviation civile 
colombienne en se basant sur le rapport des enquêteurs qui ont 
inspecté l'épave. 
    L'Aviation civile bolivienne a aussitôt annoncé qu'elle 
suspendait la licence de la compagnie charter Lamia, dont 
c'était le seul appareil. Le gouvernement de La Paz a indiqué de 
son côté que la direction de l'aviation civile bolivienne serait 
remplacée "par soucis de transparence".  
    L'accident près de Medellin a fait 71 morts, dont l'équipe 
brésilienne de football de Chapecoense presque au grand complet. 
Six membres d'équipage et passagers ont survécu. 
    Les premières conclusions des enquêteurs, rendues publiques 
tard mercredi soir par l'aviation civile colombienne, confirment 
les propos tenus par le pilote bolivien Miguel Quiroga, qui 
avait lancé un appel de détresse peu avant que le BAe 146 ne 
s'écrase. 
    Dans l'enregistrement diffusé par les médias colombiens de 
ses derniers échanges avec les contrôleurs de l'aéroport de 
Medellin, situé à 30 km du site du crash, il avait dit être en 
panne de carburant. Il avait aussi signalé une panne électrique. 
     
    CÉRÉMONIE D'HOMMAGE VENDREDI À CHAPECO 
    Les réglementations internationales prévoient qu'un avion 
doit emporter suffisamment de kérosène pour pouvoir voler au 
moins 30 minutes de plus que le temps estimé pour arriver à sa 
destination finale. 
    "Dans le cas présent, malheureusement, l'avion n'avait pas 
assez de carburant pour respecter les mesures de contingence", a 
déclaré Freddy Bonilla, responsable de la sécurité aérienne à 
l'Autorité de l'aviation civile colombienne. 
    "L'une des hypothèses que nous étudions, vu que nous n'avons 
pas retrouvé de carburant sur le site du crash ni dans les 
conduits d'alimentation, est que l'avion est tombé en panne 
sèche", a-t-il ajouté. 
    Le directeur général de Lamia, Gustavo Vargas, a déclaré 
mercredi que le pilote aurait pu refaire le plein s'il s'était 
rendu compte qu'il n'avait pas embarqué assez de carburant au 
départ de Santa Cruz, en Bolivie. "Il avait toute autorité pour 
cela. C'est une décision du pilote", a-t-il insisté. 
    Tous les corps des victimes ont désormais été retrouvés et 
identifiés et ils seront prochainement rapatriés dans leurs pays 
d'origine, le Brésil et la Bolivie, ont annoncé les autorités 
colombiennes. 
    Le directeur de la communication du club de Chapecoense a 
précisé qu'un avion militaire ramènerait ceux des joueurs de 
l'équipe brésilienne, qui s'apprêtait à disputer la finale de la 
Copa Sudamericana. 
    Une cérémonie d'hommage aura lieu vendredi après-midi dans 
le stade de Chapeco, sans doute en présence du président Michel 
Temer, a-t-il dit. Le chef de l'Etat brésilien n'a pas encore 
confirmé sa présence. 
 
 (Avec Helen Murphy à Bogota, Brad Haynes à Chapeco et Daniel 
Ramos à La Paz, Tangi Salaün pour le service français, édité par 
Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant