Colombie : l'accord de paix avec les Farc ratifié

le
0
Colombie : l'accord de paix avec les Farc ratifié
Colombie : l'accord de paix avec les Farc ratifié

Un pas décisif vers la paix en Colombie. Quelques semaines après le rejet par référendum d'une première version d'un accord de paix entre le gouvernement et la rébellion des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), le parlement colombien a ratifié mercredi une nouvelle mouture de cet accord.

 

Les 130 députés présents, sur un total de 166, ont voté à l'unanimité en faveur de ce texte qui prévoit le désarmement des Farc et leur transformation en parti politique. Il est l'aboutissement de presque quatre ans de pourparlers délocalisés à Cuba. Le président Juan Manuel Santos, qui a reçu le prix Nobel pour sa détermination à mettre fin à la guerre, a salué la ratification en exprimant sa «gratitude au Congrès pour cet historique soutien à l'espérance de paix des Colombiens». L'accord étant ratifié, il reste à légiférer sur sa mise en application, en commençant par la loi d'amnistie des guérilleros.

 

VIDEO. Colombie : ratification de l'accord de paix avec les Farc

 

Les députés du Centre démocratique (CD, droite), principale force de l'opposition dirigée par le sénateur et ex-président Alvaro Uribe, ont abandonné l'hémicycle au moment du vote, comme l'ont fait la veille leurs collègues du Sénat, en arguant qu'ils «ne peuvent se substituer» à l'opinion exprimée lors du référendum. Le 2 octobre, la première version de l'accord a été rejetée de 50 000 voix lors d'un référendum marqué par une forte abstention. L'opposition déplore l'«impunité totale» et l'éligibilité politique accordées aux guérilleros coupables de crimes graves avant qu'ils aient purgé leur peine.

 

La présence devant le Congrès de manifestants, brandissant des pancartes et scandant des slogans en faveur ou contre l'accord de paix, a montré la polarisation du pays sur ce thème. Des policiers ont même dû intervenir mercredi pour éviter des affrontements entre les pro et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant