Colombie : début de la trève illimitée décrétée par les FARC

le
0
Colombie : début de la trève illimitée décrétée par les FARC
Colombie : début de la trève illimitée décrétée par les FARC

La trêve illimitée décrétée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) entre en vigueur ce samedi en Colombie dans un climat d'incertitude. La principale guérilla du pays, qui compte encore près de 8.000 combattants, s'est engagée à respecter une «interruption des hostilités pour une durée indéterminée», une décision sans précédent.  Mais les combattants reprendront les armes en cas d'offensive de l'armée, une situation qui est loin d'être exclue.

Une étape dans la désescalade

«Un cessez-le-feu unilatéral et illlimité des Farc commence. C'est un geste positif qui va dans la bonne direction», a déclaré le président Juan Manuel Santos, qui refuse de son côté tout armistice avant un accord de paix définitif. «J'espère qu'il y aura d'autres geste afin de permettre une désescalade du conflit et une accélération des résultats des négociations», a ajouté le chef de l'Etat.

Quelques heures avant ce cessez-le-feu unilatéral, instauré à partir de minuit, les Farc ont toutefois tendu une embuscade à une patrouille militaire, qui s'est soldée par la mort de cinq soldats dans l'ouest du pays. «Les Farc ont conservé leur doctrince militaire du siècle passé qui vise à élever les actions militaires avant une trêve», a expliqué l'expert en sécurité Jairo Libreros, professeur à l'Université Externado de Colombie, y voyant une «perte de crédibilité politique» pour la guérilla. Cette attaque n'a toutefois pas remis en question les pourparlers qui se déroulent depuis plus de deux ans à Cuba, dans l'espoir de résoudre le plus vieux conflit d'Amérique latine, qui a fait en un demi-siècle quelque 220.000 morts et 5,3 millions de déplacés, selon des chiffres officiels.

Le premier mea culpa de la guérilla

Négociateur en chef du gouvernement, l'ex vice-président Humberto de la Calle, de retour à Bogota après une pause des discussions qui reprendront l'an prochain, a rappelé que la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant