Colombie : au moins 48 morts lors d'un glissement de terrain

le , mis à jour le
0
Colombie : au moins 48 morts lors d'un glissement de terrain
Colombie : au moins 48 morts lors d'un glissement de terrain

La situation est dramatique en Colombie où quarante-huit personnes au moins ont trouvé la mort après un glissement de terrain après de fortes pluies tombées dans le nord-ouest du pays. Le drame s'est déroulé lundi matin à Salgar. Un précédent bilan faisait état de 33 morts. Les autorités locales évoquent également de nombreux disparus. Les victimes ont été surprises dans leur sommeil par l'arrivée soudaine de l'eau, qui «a tout emporté» sur son chemin, a raconté à la radio RCN la maire de Salgar, Olga Osorio, précisant que le hameau le plus touché «a été rayé de la carte».

Inés Cardona, directrice du département administratif de prévention des catastrophes naturelles du département d'Antioquia (DAPARD) a expliqué que les pluies torrentielles ont fait déborder la rivière dans la vallée de Liboriana, un lieu difficile d'accès et désormais recouvert de boue et de décombres.

«Nous sommes en train de répondre à l'urgence à Salgar», a assuré sur son compte Twitter le président colombien Juan Manuel Santos, avant d'ajouter : «les personnes affectées recevront tout notre soutien». Les autorités ont réalisé un survol de la zone pour vérifier l'état des voies d'accès à la municipalité de Salgar, qui compte quelque 20.000 habitants, tandis que les équipes de secours d'urgence étaient en chemin.

L'ancien président colombien, Alvaro Uribe (2002-2010), actuellement sénateur et encore très populaire dans le pays, a annoncé sur son compte Twitter qu'il se rendait sur place : «je pars maintenant pour accompagner la communauté» touchée durement par ce glissement de terrain, a écrit l'ancien dirigeant, qui a grandi dans la région.

Les glissements de terrain sont fréquents en Colombie, un pays vulnérable aux catastrophes naturelles en raison de sa position géographique et de sa topographie. En 2010-2011, une vague de froid hivernal, due au phénomène climatique La Niña, avait provoqué inondations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant