Cologne la joyeuse ne rit plus comme avant...

le
1
Depuis les agressions en série lors de la nuit du nouvel an, des policiers patrouillent en permanence aux abords de la gare de Cologne et multiplient les contrôles.
Depuis les agressions en série lors de la nuit du nouvel an, des policiers patrouillent en permanence aux abords de la gare de Cologne et multiplient les contrôles.

Les voitures bleues sont sorties des garages. Aux principaux points névralgiques de la ville, la police affiche clairement sa présence. Les contrôles d'identité devant la gare sont incessants. Dans une des principales artères commerciales, un jeune homme est embarqué dans un fourgon, les mains menottées derrière le dos. « Il était temps, se réjouit une femme chauffeur de taxi cinquantenaire au volant de sa grosse Mercedes. Tout partait à vau-l'eau à Cologne. Il était urgent de reprendre les choses en main. Les attaques de la Saint-Sylvestre auront au moins eu cette conséquence positive. » Les agressions sexuelles contre près de 200 femmes au pied de la cathédrale de la ville pendant la nuit du nouvel an ont éclairé d'une lumière crue et violente un problème ancien.

Lire aussi Cologne : « Elles ont été attaquées parce qu'elles étaient des femmes »

« Il existe depuis longtemps ici des groupes criminels composés principalement de Maghrébins, assure Susanne Rabe-Rahman, une responsable de l'association caritative Caritas. Ces gens ont pour certains d'entre eux passé plusieurs années en Europe, et ils sont venus ici, car ils pensaient que ce pays leur offrirait des opportunités. Mais comme ils n'ont presque aucune chance d'obtenir l'asile, ils survivent de larcins. » Ces bandes organisées vendent des stupéfiants et volent des porte-monnaie et des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mary2776 il y a 11 mois

    dehors ! tous ces MAG.