Cologne et Gladbach, opposés du Rhin

le
0
Cologne et Gladbach, opposés du Rhin
Cologne et Gladbach, opposés du Rhin

Hennes Weisweiler est un mythe de Cologne. Mais dans les années 60-70, il a aussi fait du Borussia Mönchengladbach l'une des plus grandes équipes d'Allemagne. Et créé, ainsi, l'un des derbys les plus chauds du bassin rhénan.Car au-delà des titres, c'est l'héritage d'Hennes qui se joue.

C'était il y a dix-huit mois. Le 14 février 2015, une vingtaine de supporters de Cologne craque après la défaite de leur équipe au Borussia-Park. Tout de blanc vêtus, ils forcent le maigre cordon de stadiers et font irruption sur la pelouse. Le temps de lancer quelques invectives contre le bloc des supporters de Gladbach, d'envoyer un fumigène sur la pelouse et ils rebroussent chemin lorsque les CRS arrivent enfin pour remettre de l'ordre. Si, sur la pelouse, les hools de Cologne ne savent rapidement plus ce qu'ils font et paraissent ridicules, la scène marque par sa violence symbolique. Elle rappelle aussi que le match entre ces deux équipes n'est pas anodin. D'une ville à l'autre, il n'y a que soixante kilomètres, une grosse heure de train et une rivalité sans faille depuis les années 60, même quand tout ne va pas pour le mieux.


Fiers comme des boucs


Un homme tient cette rivalité chevillée au corps, en parvenant à être aimé par les deux ennemis : Hennes Weisweiler. Pour le Effzeh, Weisweiler incarne une figure emblématique pour les débuts du club, créé en 1948. Dans les années 50, sa licence d'entraîneur en poche avec la bénédiction de Sepp Herberger, son professeur, il termine sa carrière de joueur en passant en même temps du côté des techniciens... et de la mascotte. Seulement, Hennes a du caractère. Suite à de multiples embrouilles avec Franz Kremer, le président de l'époque, il quitte le club en 1958. Six ans plus, sur les recommandations de Sepp Herberger, le Borussia Mönchengladbach décide de le faire venir. À l'époque, Gladbach n'est qu'un club de division régionale, à l'heure où Cologne remporte la première édition de la Bundesliga. Sous l'impulsion de Weisweiler, bien décidé à faire payer ses anciens dirigeants d'avoir été n'importe comment, la situation va s'inverser. Sévère, exigeant, parfois fou, Weisweiler transforme les Poulains en une machine à renverser l'ordre établi et la logique. Le football est offensif à souhait. Les lignes explosent. Gladbach

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant