Cologne : après les agressions du réveillon, le carnaval sous haute sécurité

le
0
Cologne : après les agressions du réveillon, le carnaval sous haute sécurité
Cologne : après les agressions du réveillon, le carnaval sous haute sécurité

Secouée par des violences attribuées à des migrants le soir du Nouvel An, la ville de Cologne (Allemagne) enfile son costume sécuritaire pour assurer que le carnaval se déroulera dans le calme, jusqu'à mercredi.

Le coup d'envoi des festivités sera donné, comme le veut la tradition, à 11h11 locales, et elles débuteront par la « Weiberfastnacht », le carnaval des femmes, au cours duquel elles coupent les cravates des hommes en symbole du partage du pouvoir. Comme chaque année, les « Jecken », les « fous », du carnaval, seront des milliers dans les rues. « Tout le monde doit pouvoir fêter le carnaval sans danger », a redit lundi la maire Henriette Reker.

Le soir du Nouvel an, la ville a été le théâtre d'agressions d'hommes en bandes, essentiellement contre des femmes et à caractère sexuel. Plus d'un millier de plaintes ont été déposées, dont de nombreuses pour des faits à caractère sexuel et les suspects sont, selon la police, « en grande partie » des immigrants originaires d'Afrique du Nord et des demandeurs d'asile venus de Syrie, d'Irak, d'Iran. L'affaire a scandalisé le pays et accru la pression sur la chancelière Angela Merkel et sa politique généreuse à l'égard des migrants.

VIDEO. Agressions massives à Cologne: « Tout le monde essayait de me toucher »

2500 policiers déployés dans les rues

« Aucune forme de violence n'a sa place au carnaval », a insisté le chef de la police de Cologne Jürgen Mathies alors que 1,5 million de personnes sont attendues à la fête d'ici à mercredi prochain, avec deux points d'orgue : l'ouverture ce jeudi et le « Lundi des Roses ». « C'est pourquoi nous opérerons vigoureusement contre tous ceux qui dépassent les bornes. Cela vaut pour les agresseurs alcoolisés comme pour les voleurs ou les délinquants sexuels qui ne peuvent accepter qu'une femme dise non », a poursuivi le nouveau chef de la police, nommé début janvier après la démission de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant