Collège : le gouvernement fait bloc derrière une réforme «indispensable»

le , mis à jour à 18:58
11
Collège : le gouvernement fait bloc derrière une réforme «indispensable»
Collège : le gouvernement fait bloc derrière une réforme «indispensable»

Une détermination sans faille. Malgré la mobilisation, entre 25% et 50% de grévistes parmi les enseignants, le gouvernement reste inflexible sur sa réforme du collège. Alors que des personnalités politiques ou syndicales continuent de débattre sur le sens et l'opportunité de cet ensemble de mesure, Najat Vallaud-Belkacem et Manuel Valls, eux, maintiennent le cap. 

Elle «se fera et entrera en vigueur à la date prévue», à la rentrée 2016, car «elle est indispensable», a ainsi déclaré la ministre de l'Education nationale. Et d'assurer qu'elle a entendu le mécontentement d'une partie des professeurs, promettant des «garanties» pour une bonne mise en oeuvre de la réforme.

VIDEO. Réforme du collège: 10000 manifestants dans les rues de Paris

Najat Vallaud-Belkacem a reçu le soutien du président de la République et de son Premier ministre. La réforme du collège «doit permettre d'assurer la réussite pour tous et l'excellence», a répété François Hollande depuis Berlin ce mardi. «Il y a des interrogations, elles sont légitimes. Mais il y a une réforme qui doit permettre d'assurer la réussite pour tous (...) et l'excellence. C'est l'esprit de la réforme du collège», a fait valoir le chef de l'Etat. 

«Cette réforme va être mise en oeuvre comme c'était prévu, et le décret sera publié le plus rapidement possible», avait de son côté déclaré un peu plus tôt Manuel Valls à son arrivée à l'Assemblée nationale, avant la réunion du groupe socialiste.

VIDEO. Vallaud-Belkacem : la réforme «se fera car elle est indispensable»

VIDEO. Valls : la réforme du collège «sera mise en oeuvre»

QUESTION DU JOUR. Najat Vallaud-Belkacem a-t-elle raison de maintenir sa réforme du collège ?

Christian Jacob (UMP). «Il est invraisemblable que le seul endroit où l'on ne va pas en débattre soit le Parlement ! Le gouvernement, Manuel Valls en tête, refuse le débat au Parlement (...) sur un thème ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2931816 le mardi 19 mai 2015 à 19:58

    Mais non voyons nous sommes dans une dic ta tu re démocratique.!

  • M2931816 le mardi 19 mai 2015 à 19:56

    Dixit A dol fo.

  • jfvl le mardi 19 mai 2015 à 16:21

    La démocratie vue par le PS dès qu'il s'agit d(un problème de société !

  • M940878 le mardi 19 mai 2015 à 15:42

    ces petits dictateurs vont devoir retourner dans leurs pays très bientôt

  • benoitdh le mardi 19 mai 2015 à 14:55

    Pendant ce temps nos enfants continuent de trinquer!

  • xk8r le mardi 19 mai 2015 à 14:21

    le projet sera retiré de toutes façons.........ça fini toujours comme ça, surtout quand on dit dès le début que l'on ne le retirera pas !!!!!!!

  • luky64 le mardi 19 mai 2015 à 13:38

    En même tps, à la rentrée 2017 ils ne seront plus là ! Alors...

  • M1019176 le mardi 19 mai 2015 à 13:14

    Najat VB sera néanmoins la première ministre à mener à son terme une réforme du mammouth. En France il est parfois nécessaire de passer un peu "en force pour progresser. (mariage pour tous etc...)

  • jyth01 le mardi 19 mai 2015 à 13:09

    Autistes comme flan-bi le chef des fonctionnaires. Chez les socialistes on détient la vérité, donc on ne tient pas compte des avis (la synthèse est une fumisterie de gauche)

  • M8252219 le mardi 19 mai 2015 à 12:32

    La première réforme à faire: C'est que soit acquit par les enfants le socle des connaissances en fin de primaire!! en redonnant de l'autorité aux enseignants par leur présence à plein temps pour les titulaires de classe. la confiance des parents et des élèves passe par cette stabilité du professeur. Pour être un ou une titulaire de classe c'est le temps plein devant les enfants qui doit être exigé.