Collège : 150 parlementaires de droite opposés à la réforme, Hollande inflexible

le , mis à jour à 00:45
11
Collège : 150 parlementaires de droite opposés à la réforme, Hollande inflexible
Collège : 150 parlementaires de droite opposés à la réforme, Hollande inflexible

Ils qualifient la réforme du collège de «naufrage pour la nation». Plus de 150 parlementaires UMP et UDI, dont Bruno Le Maire, Bernard Accoyer, Eric Woerth ou encore Hervé Morin, demandent dans une lettre au président François Hollande le retrait de la réforme portée par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale. Hors de question, a répondu ce mercredi le chef de l'Etat.

Dans ce courrier, les signataires dénoncent «une majorité de gauche qui propose de couper la langue française de ses racines en réduisant l'enseignement du latin à de simples notions de civilisation». Ils s'offusquent également du fait «de rendre facultatif l'enseignement des Lumières au collège» et «de fragiliser l'apprentissage de l'allemand en France en supprimant les classes bilangues» dans lesquelles anglais et allemand sont enseignés dès la sixième.

VIDEO. «Un naufrage pour notre Nation» selon plusieurs députés de droite

«Monsieur le président, qui soutient cette réforme ? Personne, et surtout pas les enseignants. Qui s'en inquiète ? Tout le monde. Vous vous honoreriez donc à tirer les conséquences des inquiétudes profondes que suscite ce projet de réforme du collège en le retirant», concluent-ils. Ce mercredi matin, le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a soutenu l'initiative en évoquant un «attentat contre la République» sur «Le Figaro». 

Mais la demande des parlementaires ne semble avoir aucune chance d'aboutir. «J'entends le concert des immobiles, ce sont souvent les plus bruyants, ceux qui au nom de l'intérêt général supposé défendent leurs intérêts particuliers. Eh bien non, c'est terminé», a lancé François Hollande devant des jeunes au Conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris. Ceux qui «défendent avec la plus grande énergie» ces enseignements» savent bien que ces options étaient le moyen d'accéder à certains établissements plutôt qu'à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tropfort le jeudi 7 mai 2015 à 08:18

    Pas d'effort, Najat, c'est les gens de droite qui en font. Surtout pas d'efforts pour ces petits...

  • bordo le jeudi 7 mai 2015 à 08:17

    M6197799, rassurez vous, les parents non aisés feront des sacrifices.

  • bordo le jeudi 7 mai 2015 à 08:11

    Hollande inflexible ! Quelle blague. Fort avec les faibles et faible avec les forts. au mieux

  • M6197799 le jeudi 7 mai 2015 à 06:32

    Pas de problème pour les parents aisés ils mettront leurs enfants dans l'enseignement privé

  • M2931816 le mercredi 6 mai 2015 à 22:22

    Hollande et ses équipes passent toujours "en force";il confirme une nouvelle fois qu'il est le président des socialistes mais surement pas celui de tous les Français.

  • M2931816 le mercredi 6 mai 2015 à 22:19

    Vivement 2017 qu'on abroge ces lois socialistes délirantes !!!

  • janaliz le mercredi 6 mai 2015 à 19:28

    L'école doit revenir à des valeurs essentielles d'apprentissage du savoir. Et cela passe par l'émergence d'élites, et a récompense de l'excellence. Les fou.taises socialistes sont à mettre au rebut de l'histoire.

  • jeepinv le mercredi 6 mai 2015 à 16:05

    Les Français ont voulu élire des médiocres, il ne faut pas leur en vouloir de respecter leur nature profonde.

  • pichou59 le mercredi 6 mai 2015 à 15:35

    jusque dans les années 60, il existait le bonnet d'âne; cela devrait être remis au goût du jour.....!!!!

  • pmessag2 le mercredi 6 mai 2015 à 14:05

    Rendre accessible à tous ? Je pense plutôt a un nivellement par le bas au motif d'égalité.