Collaboration avec les nazis : le nouveau gouvernement belge tangue déjà

le
0
Collaboration avec les nazis : le nouveau gouvernement belge tangue déjà
Collaboration avec les nazis : le nouveau gouvernement belge tangue déjà

C'est ce qui s'appelle un couac. Un ministre de l'Intérieur qui juge que les collaborationnistes, lors de l'occupation nazie, «avaient leurs raisons», avant de dénoncer «l'exploitation malhonnête» de ses propos, cela fait mauvais genre surtout dans un gouvernement ayant deux jours d'existence.

Si on ajoute le ministre chargé de l'Asile qui promet l'expulsion de «1000 sans-papiers», le profil politique des nationalistes flamands perturbe déjà les premiers pas du nouveau gouvernement belge. Sans compter dans le même temps une polémique qui touche également la ministre de la Santé.

Dirigé par le chef des libéraux francophones Charles Michel, mais dominé par trois partis flamands de droite, le gouvernement est entré en fonction samedi, un peu plus de quatre mois après les législatives. Le jeune nouveau Premier ministre, 38 ans, devrait en principe obtenir jeudi la confiance d'une confortable majorité de députés issus des élections du 25 mai, remportées en Flandre par la Nouvelle alliance flamande (N-VA) de Bart De Wever.

Depuis l'annonce de la composition du gouvernement la semaine dernière, auquel Bart De Wever a préféré ne pas prendre part pour rester à la mairie d'Anvers, le profil des trois ministres et des deux secrétaires d'Etat issus de la N-VA est passé au crible.

Les critiques visent en premier lieu le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Jan Jambon. Les journaux francophones ont relevé qu'il avait pris la parole en 2001 lors du 50e anniversaire du Saint-Maartensfonds, une association d'anciens volontaires flamands partis se battre sur le front de l'Est avec les troupes allemandes.

«Les gens qui ont collaboré avec les Allemands avaient leurs raisons»

«Je défie quiconque de trouver une phrase, un texte, où je défends la collaboration. La collaboration a été une erreur», s'est défendu le nationaliste lundi dans le quotidien La Libre Belgique, qualifiant de «fait divers» sa présence ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant