Colère de députés chiites irakiens contre l'ambassadeur saoudien

le
0
    BAGDAD, 24 janvier (Reuters) - Le nouvel ambassadeur 
d'Arabie saoudite à Bagdad a provoqué la colère de 
parlementaires chiites en estimant que la présence de milices 
chiites dans la lutte contre l'organisation sunnite Etat 
islamique (EI) exacerbait les tensions religieuses en Irak. 
    Dans une interview diffusée samedi par la chaîne irakienne 
Al Soumaria TV, Thamer al Sabhan a ajouté que les groupes 
paramilitaires chiites regroupés depuis 2014 au sein de la 
coalition Hachid Chaabi devraient se retirer des opérations 
militaires contre le groupe djihadiste d'Abou Bakr al Baghdadi. 
    "Cette ingérence dans les Hachid Chaabi (...), ça ne le 
regarde pas. Il doit respecter les usages diplomatiques", a 
réagi dimanche Khalid al Assadi, membre chiite de la commission 
parlementaire des Affaires étrangères. 
    "Si de telles ingérences devaient se répéter, il y aurait 
des appels pour déclarer l'ambassadeur persona non grata et 
demander au roi d'Arabie saoudite de le remplacer", a-t-il 
poursuivi. 
    Assadi, contacté par téléphone, a indiqué qu'il avait 
demandé au ministère des Affaires étrangères de convoquer le 
diplomate saoudien. Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès 
du ministère. 
    Cité par la chaîne Al Soumaria, un autre élu chiite du 
Parlement, Awatef Nemah, a appelé lui à l'expulsion immédiate de 
l'ambassadeur saoudien. "Il pourrait à défaut s'exposer à des 
graves conséquences", a-t-il ajouté. 
    La réouverture en décembre de l'ambassade d'Arabie saoudite 
à Bagdad, fermée depuis l'invasion du Koweït par l'Irak de 
Saddam Hussein en 1990, a été interprétée comme une étape sur la 
voie d'une plus grande coopération en matière de sécurité et de 
lutte contre l'extrémisme. 
    Le royaume sunnite a longtemps accusé l'Irak d'être trop 
proche de l'Iran chiite, son principal adversaire régional, et 
de faire preuve de discrimination à l'encontre de la minorité 
sunnite, accusation rejetée par Bagdad. 
 
 (Maher Chmaytelli et Stephen Kalin; Jean-Stéphane Brosse et 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant