Colback à lauréat.

le
0
Colback à lauréat.
Colback à lauréat.

Le milieu de terrain de Newcastle retrouve son ancienne équipe, Sunderland, pour un derby du nord bouillant. Un match dont Jack Colback sera la vedette et pas seulement pour son image de traître de service : au vrai, le Magpie est une des sensations anglaises de la saison.

Rien que pour ça, il ne faudra pas rater l'entrée des deux équipes quelques secondes avant 14h30. "Ça", c'est la promesse de John O'Shea de ne pas serrer la main de Jack Colback avant le match. "Peut-être après le match, mais pas avant", nuance le défenseur de Sunderland. Pas un mauvais bougre pourtant l'ancien latéral gauche de Manchester United. Mais voilà, la pilule est encore coincée dans le gosier de nombreux Black Cats, joueurs et supporters. Cette pilule décidément très amère, c'est ce départ l'été dernier de Colback chez l'ennemi absolu, Newcastle. Dix-sept ans qu'un joueur n'était pas passé directement d'un club à l'autre, Lee Clark en l'occurrence, aujourd'hui coach de Birmingham. Surtout que Jack Colback est vraiment une jeune pousse grandie au sein du club de Sunderland qu'il a rejoint dès l'âge de dix ans. Même si le club de son cœur a toujours été Newcastle et qu'au fond sa véritable "trahison" était originelle.

"Ça m'a fait un mal de chien, lâche quand même l'ancienne légende du club Niall Quinn qui a tout connu chez les Black Cats, capitaine, entraîneur, manager et président. Ça aurait été moins difficile s'il avait joué une dizaine d'années et qu'il avait aspiré à autre chose, ça aurait pu se comprendre. Mais là, il devenait seulement le joueur que nous espérions. Mais c'est la loi du football, il n'y a pas de rancœur à avoir vis-à-vis de Jack. Je pense qu'il a aussi été influencé par son agent. Disons surtout que je plains Gus Poyet qui a perdu un atout majeur. Et sans contrepartie". Car une bonne partie du malaise vient de là : l'ami Colback s'est carapaté chez le voisin honni libre de droits. Et ouais, pas la moindre pépète pour un joueur très convoité et qui aurait profité de ce départ sans indemnité pour signer, dit-on, un contrat à 280 000 euros par mois. Mais pourquoi diable autant de bisbilles pour ce Colback au pedigree plutôt obscur ?
Chelsea à genoux devant lui
Car franchement, à première vue, le néo-Magpie ne paie pas vraiment de mine. Mais à première vue seulement. Car le bonhomme qui vient de souffler sa vingt-cinquième bougie est un solide gratteur de ballons dans l'entrejeu. Mais surtout le natif de Killingworth, à quelques encablures de Newcastle, possède une drôle de capacité à jouer très proprement, même sous une très forte de pression. Au vrai, le bougre ne balance jamais et c'est à la...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant