Cohn-Bendit : une perpétuité réelle ? « Faut arrêter les conneries ! »

le
0
Daniel Cohn-Bendit, invité sur LCI pour réagir à l'actualité.
Daniel Cohn-Bendit, invité sur LCI pour réagir à l'actualité.

Audrey Crespo-Mara : Quand vous, le fils d'émigrés juifs allemands, qui avez consacré une bonne partie de votre vie à l'Europe, constatez l'absence d'Europe, pas de PNR (fichier des voyageurs aériens), un Frontex (contrôles aux frontières) inefficace, l'absence d'un réel renseignement européen, vous vous dites que c'est mort ?

Les États-Unis critiquent les dysfonctionnements des polices européennes, l'absence de renseignement européen.

Là où Hillary Clinton a raison, c'est que les Européens ont aujourd'hui un mal fou à coordonner leurs renseignements ou à faire émerger un renseignement européen. Aujourd'hui, on a besoin d'une police européenne, comme on a besoin d'une armée européenne. Et ça, ce sont les États membres qui ne le veulent pas ! Donc, la responsable, ce n'est pas l'Europe, ce sont les gouvernements qui se refusent cette souveraineté policière européenne.

Schengen est mort ?

Non, Schengen n'est pas mort parce que, entre nous, le problème ce n'est pas Schengen. Le passage de France à la Belgique, c'est une passoire, entre la France et l'Allemagne c'est une passoire ! Moi, déjà en 68, quand j'étais interdit de séjour, j'entrais, je sortais, comme je voulais, arrêtons ! On a besoin d'une police aux frontières...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant