Cohabitation réussie entre une crèche et un centre pour SDF dans le 20ème

le
1

VIDÉO - Dans l'est de Paris, un immeuble, sorti de terre en 2016, tente de répondre aux enjeux de mixité en faisant cohabiter dans un même lieu des logements, une crèche ainsi qu'un refuge pour jeunes sans abris.

Situé dans le 20ème arrondissement, l'un des plus populaires de Paris, un nouveau bâtiment s'étire le long de la rue Stendhal, à proximité des commerces et de la station «Gambetta». Le cabinet d'architectes Muoto architectes, à l'origine du projet, a réussi le pari de conjuguer dans un seul et même édifice trois fonctions complètement différentes. Ce véritable concentré de ville accueille ainsi au même endroit des populations aux profils radicalement différents.

Le complexe abrite en effet 34 logements sociaux, une crèche de 66 berceaux ainsi qu'un centre d'hébergement d'urgence pour jeunes de 71 places. Ce programme immobilier répond ainsi à trois grands défis qui sont posés depuis des années à la capitale, à savoir la pénurie de logements à loyers modérés, un manque de places en crèche ainsi que l'insuffisance du nombre de structures d'accueil pour les populations en détresse.

Depuis la fin des travaux, des petits de 10 mois à 4 ans sont ainsi accueillis dans la crèche de l'immeuble, d'une superficie de 712 m². L'équipement bénéficie de structures motrices, de salles de change, de lieux de repos et d'une salle d'eau équipée. Les enfants peuvent aussi s'amuser et courir dans un jardin de 277m², un privilège assez rare dans la capitale. À quelques mètres, dans le même bâtiment, un centre d'accueil héberge quant à lui jusqu'à 71 jeunes hommes sans domicile fixe, âgés de 18 à 27 ans inclus. Le centre dispose de larges espaces communs comme un réfectoire, un salon ainsi qu'une cuisine commune. Des bureaux pour travailleurs sociaux ont également été installés dans les étages.

Logements sociaux ne riment pas forcément avec pauvreté architecturale

Afin de ne pas trancher avec l'imposant ensemble d'habitation des années 1970 situé juste à côté de l'immeuble, mais également pour conserver la grande échelle du paysage environnant, les architectes ont volontairement donné des dimensions imposantes au bâtiment. «Sur ce site, on est face à un grand vide puisqu'on est situé devant un grand réservoir d'eau couvert par une vaste pelouse. Face à ce vide, nous avons répondu avec un bâtiment très abstrait», explique un des architectes. La façade, noire et blanche, est ainsi recouverte de grands stores de trois mètres de longueur et de largeur «qui viennent emballer le bâtiment», et donnent à celui-ci un aspect mouvant, qui évolue en permanence en fonction des usages des habitants.

Pour ce projet, les architectes ont voulu «remettre à jour le confort moderne» pour tous les résidents. Les appartements HLM sont ainsi dotés de balcons filants et de baies coulissantes afin de faire entrer la lumière. Grâce à la situation de l'immeuble, qui surplombe la ville depuis une colline, les appartements bénéficient d'une triple orientation depuis le séjour, avec une vue dégagée sur l'est et le sud de la capitale. Il fallait ainsi donner aux habitants «le plaisir d'être dans le ciel», selon les architectes Yves Moreau et Gilles Delalex.

L'édifice offre aussi du confort aux SDF qui transitent par le centre d'accueil. Contrairement à la majorité des structures d'hébergement d'urgence, le centre ne dispose pas de dortoirs, mais de 45 chambres simples et 12 chambres doubles. Les personnes hébergées profitent ainsi, selon Julien Consalvi, directeur du pôle d'hébergement jeune du Centre d'action social de la ville de Paris (CASVP), de «plus de sécurité, plus de liberté et aussi plus d'intimité».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 7 mois

    ils vont pouvoir s'échanger leurs poux