Cogefi Gestion optimiste pour l'Europe mais prudente à l'international

le
0

(AOF) - L'Europe, "havre de paix" pour les investisseurs en 2016 dans un monde financier sous pression. Le terme est de Cogefi Gestion qui rappelle que la zone bénéficie du soutien de sa banque centrale, toujours prête à injecter des liquidités et présente une croissance "certes modeste, mais toujours en phase d’amélioration et plus proche de son début de cycle".

"Les sociétés européennes, dont le niveau de valorisation est redevenu plus attractif, nous paraissent toujours être les meilleurs vecteurs pour entamer cette année 2016, en attendant d'y voir un peu plus clair sur l'environnement international", précise la société de gestion.

Précisément, Cogefi signale quatre risques surgissant à l'extérieur de l'Europe mais qui auront sans doute un impact sur ses performances. D'abord, "l'interrogation principale porte sur l'ampleur du ralentissement chinois et la capacité de cette économie à gérer sa mutation vers plus de services et de consommation tout en réduisant ses surcapacités industrielles et en accélérant la montée en gamme de sa production. Le tout sur fond de problématique environnementale et d'enjeu de santé publique qui limite de facto l'industrialisation à marche forcée !", rappellent les gérants.

Ces derniers n'anticipent pas une dévaluation massive du yuan chinois, qui sera l'un des paramètres à surveiller de près.

Ensuite, Cogefi cite les risques géopolitiques et le pétrole, le second étant souvent lié aux premiers notamment dans un contexte de tensions au Moyen-Orient. "S'il est difficile d'imaginer un rebond rapide du baril de pétrole, une stabilisation du prix sera à minima nécessaire pour rassurer les marchés. À de tels niveaux, les effets positifs bien connus (augmentation du pouvoir d'achat des ménages des pays importateurs, baisse des coûts des entreprises) sont contrebalancés par l'impact de ces prix sur les économies des nombreux pays exportateurs émergents et par les risques de faillites de certains producteurs de pétrole, notamment outre-Atlantique", explique Cogefi Gestion.

Enfin, le quatrième point est la situation aux Etats-Unis et, plus précisément, le comportement de la Fed. "Dans ce contexte international compliqué, dans une économie plus proche de la fin de son cycle qui connaît une appréciation de sa devise, une politique monétaire moins accommodante et des difficultés sur les pans industriels liés aux matières premières, les attentes du consensus (2.5% de PIB en 2016) sont peut-être un peu optimistes malgré des fondamentaux sains", préviennent les gérants de Cogefi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant