Coeur artificiel : le cours de l'action Carmat s'emballe

le
0
Coeur artificiel : le cours de l'action Carmat s'emballe
Coeur artificiel : le cours de l'action Carmat s'emballe

La trêve des confiseurs... sauf pour Carmat ! Cinq jours après l'implantation d'un c?ur artificiel développé par le groupe français Carmat, l'entreprise enregistre ce lundi une hausse spectaculaire à la Bourse de Paris, globalement stable. A l'ouverture, le titre enregistrait une hausse de près de 40%. Vers 14h30, il gagnait toujours environ 16%. En quelques heures, Carmat a sérieusement effacé ses pertes de l'année. Depuis le 1er janvier 2013, le titre ne perd plus 5,40%. Désormais, le groupe est valorisé à plus de 500 millions d'euros.

Inventé par le chirurgien français Alain Carpentier, ce coeur artificiel qui reproduit le fonctionnement du coeur naturel est destiné à des malades souffrant d'une insuffisance cardiaque à un stade terminal et dont l'espérance de vie est très courte. Le succès de cette intervention réalisée mercredi dernier par l'équipe de l'Hôpital européen Georges Pompidou sur un patient de 75 ans a été considéré par la communauté scientifique comme une véritable prouesse même si la prudence est encore de mise. «Nous nous réjouissons de cette première implantation, mais il serait bien entendu prématuré d'en tirer des conclusions car il s'agit d'une seule implantation et d'un délai post-chirurgical encore très court», a expliqué Marcello Conviti, Directeur Général de Carmat. En attendant, «le patient est actuellement sous surveillance en réanimation, réveillé et dialoguant avec sa famille», a précisé l'entreprise.

Cette première mondiale offre pour les investisseurs une véritable pépite. Selon certains experts, la valorisation de l'entreprise pourrait atteindre près d'un milliard d'euros si ce succès est confirmé par d'autres transplantations. Le c?ur artificiel de Carmat devrait être implanté dans les prochaines semaines chez trois autres patients. Il faudra attendre plusieurs semaines avant d'évaluer les bénéfices médicaux et les limites de ces implantations. A plus long ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant