Coeur artificiel Carmat : le premier porteur s'appelait Claude Dany

le
0
Coeur artificiel Carmat : le premier porteur s'appelait Claude Dany
Coeur artificiel Carmat : le premier porteur s'appelait Claude Dany

Ils ne voulaient pas que leur père et mari reste un héros inconnu. C'est pourquoi la famille du premier porteur du coeur artificiel Carmat décédé le 2 mars dernier a révélé son identité au JDD. Il s'appelait Claude Dany. A 76 ans, cet insuffisant cardiaque en phase terminale a vécu soixante-quatorze jours avec l'invention du Pr Alain Carpentier implantée dans sa cage thoracique le 18 décembre 2013 à l'hôpital européen Georges-Pompidou, sous un faux nom.

«C'était une demande de l'équipe médicale, de Carmat et du Pr Alain Carpentier. Pour nous protéger, éviter les fuites. Nous avons accepté, mais cela nous a un peu choqués. Quand on rendait visite à papa, à l'entrée des soins intensifs, il fallait dire qu'on venait voir M. Gilda.», raconte son fils Eric dans les colonnes du journal, paru ce dimanche.

Avant son opération, Claude Dany, «malade depuis dix ans», «prenait 23 cachets par jour», explique son épouse Josiane. Ne pouvant bénéficier d'une greffe, comme tous les patients de plus de 65 ans, la transplantation constituait son dernier espoir d'aller mieux. «C'était son choix, il avait un caractère bien trempé, et on a tous été derrière lui», poursuit sa fille Isabelle.

La machine «s'est arrêtée brusquement»

Le patient a cru à son rétablissement pendant trois semaines, jusqu'à ce que son état se dégrade à nouveau, qu'il soit placé en service de réanimation, et que son coeur «s'arrête brusquement». «Il y a eu un court-circuit. Cela a entraîné un arrêt cardiaque identique à celui que peut présenter un coeur naturel pathologique», raconte le professeur au JDD. «Nous cherchons à comprendre d'où vient ce problème électronique et pourquoi», poursuit le père du coeur artificiel honoré par l'Académie de médecine .

«On ne connaît pas encore les causes exactes du décès», a poursuivi le Pr Carpentier. «Mais certaines ont déjà été écartées et c'est le plus important à mes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant