Coeur artificiel Carmat : huit mois après, le second greffé se sent revivre

le
0
Coeur artificiel Carmat : huit mois après, le second greffé se sent revivre
Coeur artificiel Carmat : huit mois après, le second greffé se sent revivre

Sa vie ne tient qu'à des piles. Pourtant, huit mois après son opération, cet homme de 69 ans, second malade à avoir subi l'implantation d'un coeur artificiel Carmat au CHU de Nantes le 5 août dernier, confie au Journal du Dimanche qu'il se sent «revivre». Ce grand gaillard d'1,80 mètre, qui souhaîte garder l'anonymat, est rentré chez lui, il y a trois mois, auprès de son épouse, pour vivre une vie presque normale avec du sport, du jardinage, la restauration d'une voiture, un bon appétit...

Si le premier greffé du coeur Carmat, Claude Dany, est décédé après 74 jours, cet habitant de Loire Atlantique n'a pas hésité «une seconde». «J'y ai réfléchi de manière objective, je ne me suis pas fait de cinéma, je me suis dit : t'es foutu, il faut faire quelque chose. Dans ta vie, tu as eu quelques pépins, des accidents de voiture, tu t'en es toujours sorti. Cette fois-ci, ce sera pareil. Hop, on y va.» Et d'ajouter: «J'étais prêt à courir ce risque. C'était un mélange d'instinct de vie et de réflexion.»

Avant l'opération, Monsieur M avait pris conscience que son état se dégradait de plus en plus: perte de poids, des forces de plus en plus faibles... «Je n'avais pas de perspective... La moindre chose me prenait un temps infini. C'était plutôt une fatigue générale et immense qui s'abattait sur mes épaules, reprend-il. Je sentais que c'était fini.»

Entouré par sa famille, cet ancien commercial raconte son réveil après l'opération: «En fait, pratiquement dès le jour où j'ai été opéré, je me suis senti revivre.» «Quasiment depuis le début je n'ai pas eu l'impression de porter quelque chose d'étranger. Ce coeur, c'est moi, Il est devenu moi.» Même si le ronronnement du moteur se fait parfois entendre dans le silence de la nuit. «Si on est au courant et que l'on tend l'oreille, on l'entend. Sinon on ne s'en rend pas compte.»

Infographie. Le Coeur artificiel

Si le suivi médical est au fil des mois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant