Code du travail : les regrets d'un inspirateur de la réforme

le
1
Manuel Valls a présenté mercredi les grandes lignes de la réforme du Code du travail. AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
Manuel Valls a présenté mercredi les grandes lignes de la réforme du Code du travail. AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG

Auteur du rapport Réformer le droit du travail avec l'avocat Jacques Barthélémy, l'économiste Gilbert Cette livre son analyse sur la réforme du droit du travail présentée mercredi par Manuel Valls. Il regrette les limites posées d'emblée par le gouvernement. Interview.

Le Point.fr : Que pensez-vous de la réforme du Code du travail annoncée mercredi par Manuel Valls ?

Gilbert Cette : Elle reprend exactement la logique que nous énonçons depuis dix ans avec l'avocat Jacques Barthélémy et qui a guidé notre rapport pour le think tank Terra Nova*, mais aussi le rapport Combrexelle. Cette logique, c'est l'extension du droit dérogatoire au Code du travail. C'est une approche équilibrée, car elle repose sur la négociation collective : la signature du chef d'entreprise témoigne que l'entreprise y trouve un avantage, tandis que celle des représentants majoritaires de salariés témoigne que c'est aussi le cas pour ces derniers. C'est un processus de changement par une logique « gagnant-gagnant ».

Cela va-t-il assez loin ?

Là est notre insatisfaction. Le Premier ministre pose des premières limites incontournables, comme le droit supranational et l'ordre public social, c'est-à-dire le respect des grands principes fondamentaux, le respect de la dignité des travailleurs, de leur santé, etc. Ces grands principes ont d'ailleurs été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lubek le jeudi 5 nov 2015 à 20:13

    Il transparaît une volonté absurde et maladive a refuser tout droit aux travailleurs comme si le statut de journalier recruté chaque matin par un caporal était la solution pour la bonne marche et la compétitivité des entreprises exemptes de toute responsabilité sociale. Fanatisme démesuré.