Code du travail : des syndicats sous pression

le
1
Code du travail : des syndicats sous pression
Code du travail : des syndicats sous pression

Inhabituellement silencieux... A deux jours de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi d'habilitation de la réforme du Code du travail, on les entend à peine. Rarement dans l'histoire sociale des réformes de ces vingt dernières années les syndicats ne s'étaient faits aussi discrets. Oubliées les rodomontades et les tours de chauffes dans la rue, qui ont jalonné les réformes des retraites ou plus récemment la loi Travail.

 

Depuis le début des concertations, entamées il y a un mois, toute déclaration des leadeurs syndicaux est pesée, soupesée, toute réaction sous contrôle. «Pour le moment, tout se passe bien», répètent-ils à l'envi, laissant à peine paraître des crispations au gré des fuites en rafale publiées dans la presse ces vingt derniers jours. Le grand flou autour des intentions du gouvernement, la méthode retenue de «concertations intenses» avec les partenaires sociaux, les promesses de «les écouter» faites par le Premier ministre, Edouard Philippe, et répétées dimanche par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, -- dans une interview au «JDD», elle salue «des discussions qui se déroulent dans le respect mutuel» -- expliquent sans doute ce calme apparent des patrons de syndicats à la veille d'un des plus grands bouleversements du Code du travail.

 

A LIRE AUSSI >

Code du travail : l'opération déminage du gouvernement

Voici le calendrier de la réforme par ordonnances

 

Mais y aurait-il une autre raison à cette atonie syndicale, une sorte d'épée invisible de Damoclès au-dessus de leurs têtes ? Plusieurs voix autour du chef de l'Etat en ont fait courir le bruit. Les discussions menées lors des premiers tête-à-tête à l'Elysée avec les responsables des syndicats auraient été très fermes. «Emmanuel Macron sait où il va et il leur a annoncé la couleur», rapporte une source.

 

La loi de moralisation étendue à la vie syndicale en cas de bras de fer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3756815 il y a 6 mois

    Et oui les syndicalistes comme les politiques se gavent. J'ai souvenance d'un Marc BLONDEL qui déjà se payait des geuletons à 6.000frs avec cigards et armagnac millésimé de son année de naissance.l'épée de damoclès est bien la.