Coca et Nestea victimes du terrorisme d'extrême gauche en Grèce

le
0
Coca et Nestea victimes du terrorisme d'extrême gauche en Grèce
Coca et Nestea victimes du terrorisme d'extrême gauche en Grèce

C'était le «plan Némésis Verte» du nom de la déesse de la colère. Il consistait à mettre de l'acide chlorhydrique dans les Coca-cola light et les bouteilles de Nestea en Grèce ou en tout cas à le faire croire. Concocté par des groupes d'extrême gauche, ce projet a créé la panique chez les autorités grecques et l'industrie agro-alimentaires.

Le 23 décembre dernier, deux bouteilles de Coca light et Nestea sont envoyées au site internet Zougla.gr. Comme le relate ce média grec, une clé USB accompagne ce «colis» spécial. Dans un communiqué intitulé «Sabotage par la pollution de marchandises», la «Fédération anarchiste informelle» et le «Front révolutionnaire international», deux organisations anarchistes internationales armées (FAI/FRI), assurent que les boissons contiennent de l'acide chlorhydrique. Ce qui est le cas.

Voulant s'attaquer à la «société de consommation», les extrémistes annoncent qu'ils vont aussi en introduire dans les Coca light et les Nestea en bouteille de 50 cl en vente dans les supermarchés grecs. Ce plan qu'ils intitulent Némésis Verte «marque le début du prochain projet de coordination des groupes informels et des cellules de la FAI», selon le communiqué. Les organisations disent agir en solidarité avec «la Conspiration des cellules de feu», une organisation anarchiste grecque, célèbre pour ses attentats. 

Face à la menace, Coca-cola et les autorités grecques décident d'ôter toutes les bouteilles de 50 cl des grandes enseignes, notamment à Athènes et Thessalonique. Un téléphone d'urgence pour les consommateurs est même mis en place.Aucune bouteille n'avait été empoisonnée, mais les extrémistes ont néanmoins réussi leur objectif : s'attaquer aux multinationales. Dans leur communiqué, la FAI/FRI appelle les «camarades de la mouvance contestataire à une attaque internationale généralisé». 

Washington et Athènes en alerte après l'évasion d'une figure ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant