Coach DD et coach FF

le
0
Coach DD et coach FF
Coach DD et coach FF

François Fillon l'a affirmé cet été, la capacité de Didier Deschamps à réformer l'équipe de France l'a impressionné. De là à dire que l'ancien Premier ministre a volé quelques astuces au sélectionneur des Bleus pour mener sa carrière politique, il n'y a qu'un pas.

Les vraies cuites ne passent pas en un jour. N'avoir mal au crane que le dimanche, c'est bon pour des étudiants de L1 à peine assez solides pour encaisser un week-end d'intégration ringard. La véritable mine vous terrasse. Vous la traînez jusqu'au lundi matin, et elle vous assomme encore au bureau quand vous répondez machinalement aux premiers mails de la semaine. Le mardi 12 juillet 2016, la France se réveillait dans cet état-là, deux jours après ce dernier verre portugais qui était si mal passé. Hagards, vides, sans aucune envie de profiter des vacances qui leur tendaient les bras, les Français pleuraient leur Euro envolé. Ce même jour, à Paris, au 241 boulevard Saint-Germain, à un souffle de l'Assemblée nationale, une petite équipe d'irréductibles fillonistes scrutaient l'écran. Il est tôt, mais leur champion est l'invité des 4 Vérités de France 2, et hors de question de le rater. Car au-delà de la débâcle de l'Euro, la troupe a d'autres soucis avec cette primaire qui n'en finit pas, et dans laquelle François Fillon est enlisé. Scotché à la barre des 10% dans les sondages, il ne décolle pas et paraît condamné à la quatrième place, celle du con, derrière ce frimeur aux yeux bleus de Bruno Lemaire. Mais face à Jeff Wittenberg, l'ancien Premier ministre ne se démonte pas et balance : " Nous avons assisté à la renaissance de l'équipe de France de football. Et pourquoi elle a réussi à redevenir populaire et à susciter de l'espoir ? Parce qu'elle s'est réformée, a changé radicalement son organisation, son état d'esprit, sous l'autorité de son sélectionneur. Si on veut de nouveau que les Français soient fiers de leur pays, il faut changer de modèle. "

Les sprinteurs


Quatre mois après cette plaidoirie, la très grande équipe de France, celle qui compte soixante-six millions de joueurs, vient peut-être de trouver son futur sélectionneur en la personne de François Fillon. Comme pour Deschamps, des succès de laboureurs de terrain venus tout droit de l'Ouest de la France, Le Mans pour l'un, Bayonne pour l'autre. La victoire de ceux qui ne se sont jamais précipités et que l'on a caricaturés comme des taiseux, des personnalités

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant