CNP Assurances est sous-capitalisée selon la CDC

le
0

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Le groupe CNP Assurances est actuellement sous-capitalisé et pourrait un jour avoir besoin d'une augmentation de capital, a déclaré mardi le président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts (CDC), qui contrôle 40% du capital de l'assureur vie.

A l'occasion d'une rencontre avec des journalistes, le député UMP de Savoie Michel Bouvard a rappelé que la CDC, sollicitée à de nombreuses reprises pendant la crise, avait désormais des "marges de manoeuvre plus limitées" et qu'elle avait besoin de conserver des ressources pour ses filiales.

Bras armé financier de l'Etat, la Caisse des dépôts est notamment intervenue dans le sauvetage en 2008 puis le démantèlement en 2011 de la banque franco-belge Dexia et a apporté l'an dernier son soutien financier à l'assureur Groupama.

"Nous savons que nous allons avoir des besoins en capital pour un certain nombre de nos filiales dans les années qui viennent, à commencer par la CNP, qui est aujourd'hui sous-capitalisée et susceptible d'avoir besoin un jour d'une augmentation de capital", a déclaré Michel Bouvard.

"C'est la raison pour laquelle il a été décidé (...) que nous transformions les dividendes qui ont vocation à nous être versés en actions", a-t-il ajouté.

CNP Assurances, dont les comptes ont été plombés en 2011 par de lourdes dépréciations liées à la crise de la dette dans la zone euro, a décidé de verser un dividende avec option de paiement en actions.

Cette proposition sera soumise au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale annuelle du 29 juin prochain.

Dans un communiqué diffusé après la clôture de la Bourse, l'assureur a tenu à rappeler que sa marge de solvabilité s'élevait à 193% au 31 mars 2012 en intégrant les plus-values latentes. "Aucun élément significatif n'est intervenu depuis cette publication", a précisé l'assureur.

L'action CNP Assurance a décroché en Bourse mardi et a terminé en baisse de 5,95% à 8,28 euros, soit la pire performance de l'indice européen du secteur.

URGENCE POUR LES COLLECTIVITÉS LOCALES

Les actionnaires de la CNP seront appelés à se prononcer sur la nomination de Jean-Paul Faugère, l'ancien directeur de cabinet de François Fillon, au poste d'administrateur indépendant à l'occasion de l'assemblée générale.

La présidence non exécutive de l'assureur, occupée depuis 1998 par l'ancien ministre de l'Économie Edmond Alphandéry, est traditionnellement dévolue à une personnalité politique.

Interrogé sur Dexia, Michel Bouvard a aussi indiqué souhaiter que les négociations avec la Commission européenne sur le plan de démantèlement décidé en octobre dernier par la Belgique, la France et le Luxembourg aboutissent rapidement compte tenu des difficultés financières de certaines collectivités locales françaises.

Selon lui, faut d'accord rapide, la question d'une nationalisation complète de Dexma (Dexia Municipal Agency), la filiale de refinancement de Dexia Crédit Local, risque de revenir sur le devant de la scène.

Cette filiale, qui doit être reprise par l'Etat et la CDC à hauteur de 31,67% chacun, servira à financer les prêts de la nouvelle banque de financement des collectivités locales.

Mais le projet est au point mort, suspendu au feu vert de la Commission européenne sur le démantèlement de Dexia, souligne le président de la commission de surveillance de la CDC.

"Aujourd'hui tout dépend de l'autorisation des autorités de la concurrence de Bruxelles", a dit Michel Bouvard. "Il y a une grande urgence pour les collectivités locales."

Il a néanmoins fait savoir que la Banque postale avait reçu de l'Autorité de contrôle prudentiel l'autorisation de proposer des prêts aux collectivités locales.

"La Banque postale doit pouvoir début juillet faire des lignes de trésorerie", a fait savoir le député.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant