Club de Paris: la Chine s'engage à avoir "un rôle plus constructif"

le
0

La Chine s'est déclarée mardi déterminée à jouer "un rôle plus constructif" au sein du Club de Paris, sans pour autant s'engager à en devenir membre à part entière, lors de la conférence du Forum de Paris à Bercy.

"Nous nous engageons à avoir un rôle plus constructif" au sein du Club de Paris, a affirmé Guo Kai, directeur général adjoint de la banque centrale chinoise, après l'officialisation de l'adhésion du Brésil au sein de ce groupe de créanciers publics.

"Même si nous ne sommes pas allés aussi loin que le Brésil, nous serons présents ici et nous serons plus constructifs", a assuré le représentant chinois, après avoir "reconnu le rôle critique du Club de Paris dans la restructuration des dettes souveraines".

La Chine ne dispose pour l'instant que d'un statut d'observateur, mais les appels du pied se sont multipliés depuis le début de l'année pour son adhésion, en raison de son intervention croissante sur le marché de la dette souveraine dans les pays émergents.

A l'occasion de son 60e anniversaire, le Club de Paris a décidé en début d'année d'inviter les grandes puissances émergentes à rejoindre ses rangs, afin de mieux prendre en compte leur rôle croissant dans l'économie mondiale.

La Corée du Sud a été la première à adhérer en juin, suivie par le Brésil en cette fin d'année.

Ces adhésions se produisent à un moment où la hausse de la dette de certains pays en voie de développement commence à préoccuper les marchés.

"Si des tempêtes s'annoncent, il vaut mieux être sur le même bateau que sur une barque à ramer tout seul, au risque de payer tout seul l'addition", a résumé à l'AFP un participant au Forum de Paris, sous couvert d'anonymat, pour expliquer l'intérêt des grands émergents à rejoindre le Club de Paris.

Les nouveaux adhérents doivent respecter les critères du Club, parmi eux la solidarité et le partage des données.

Le Club de Paris, fondé en 1956, est un "groupe informel" de pays dits "industrialisés", parmi lesquels la France, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon ou encore la Suisse. Outre la Chine, l'Afrique du Sud a également le statut d'observateur.

Cette institution multilatérale a pour objectif de permettre "aux créanciers de recouvrer leurs créances en arriérés et de trouver une solution efficace et rapide aux crises de la dette souveraine".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux