Clôture en baisse des marchés européens

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, affaiblies par l'annonce de l'entrée en vigueur, vendredi, de nouvelles sanctions de l'Union européenne contre la Russie, tandis que Wall Street recule après la hausse inattendue des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,22%, soit 9,89 points, à 4.440,90. Le Footsie britannique a glissé de 0,45% et le Dax allemand a fini stable (-0,09%), tandis que l'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,20% et le FTSEurofirst 300 de 0,22%.

A l'heure de la clôture en Europe, les principaux indices new-yorkais cédaient entre 0,17% et 0,25%. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté contre toute attente aux Etats-Unis lors de la semaine au 6 septembre, à 315.000 contre 304.000 la semaine précédente.

"Les chiffres sont un peu décevants et la réaction du marché suggère que les investisseurs sont un peu nerveux à l'approche de la prochaine réunion de la Réserve fédérale", estime Keith Bowman, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Cette statistique pourrait cependant fournir à la Fed, qui se réunit la semaine prochaine, un argument supplémentaire pour prendre son temps avant de relever ses taux d'intérêt.

La fébrilité des marchés est également entretenue par la multiplication des tensions géopolitiques. Barack Obama a annoncé mercredi aux Américains sa volonté d'intensifier sa lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique en autorisant pour la première fois des frappes aériennes en Syrie et une intervention accrue en Irak.

Concernant l'Ukraine, Herman Van Rompuy a annoncé l'entrée en vigueur vendredi des nouvelles sanctions de l'Union européenne contre la Russie. En représailles aux sanctions américaines et européennes, un responsable du Kremlin a déclaré que Moscou pourrait limiter les importations de voitures d'occasion et d'autres biens de consommation.

Sur le marché des changes, la livre sterling, qui a touché des plus bas de dix mois, est remontée suite à la publication d'un sondage prédisant la victoire du "non" au référendum du 18 septembre sur l'indépendance de l'Ecosse.

Du côté du pétrole, la faiblesse de la demande et la surabondance de l'offre continuent de peser sur les cours. Le Brent oscille autour de 97,40 dollars le baril, après être passé sous les 97 dollars, à des plus bas de deux ans.

Aux valeurs, les financières écossaises ont repris des couleurs. L'assureur Standard Life a pris 1,4%, Royal Bank of Scotland et Lloyds Banking Group ont tous les deux terminé sur un gain de 1,1%.

A Paris, Orange (+2,18%) a enregistre la plus forte hausses du CAC 40, JPMorgan soulignant les effets d'une consolidation du marché en Europe mais aussi en France, à laquelle le broker croit encore malgré le projet américain d'Iliad.

De son côté, Iliad a grimpé de 4,61%, plus forte hausse du FTSEurofirst 300. Espirito Santo a relevé son conseil sur la valeur de 'neutre" à acheter" suite à la récente baisse du titre (-27% depuis mi-juin).

(Avec Atul Prakash, Mathilde Gardin pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant