Clopes, tournoi et apartheid

le
0
Clopes, tournoi et apartheid
Clopes, tournoi et apartheid

Afrique du Sud, avril 1974. Alors que le pays est frappé par l'Apartheid, le gouvernement décide d'organiser un tournoi opposant les quatre principaux groupes raciaux de la population : Blancs, Noirs, Métis et Indiens s'affrontent pour le Embassy Multi-National Series, sponsorisé par une marque de clopes. Bouquet final de la compétition, le choc entre la sélection des Noirs face à celle des Blancs. Un match qui tient toutes ses promesses et ouvre la porte au changement.

L'atmosphère est électrique, irrespirable au-dessus du Rand Stadium de Johannesburg. Dans le couloir qui les mène à la pelouse, les joueurs sont aussi excités que pétrifiés. " Ce n'était pas des papillons mais des aigles qu'on avait dans le ventre. On était tellement nerveux ", se souvient Neill Roberts. Dans les tribunes, l'ambiance est suffocante. Ça siffle, ça chante et ça tape du pied. Les travées sont pleines à craquer, prêtes à craquer. Entre 55 000 et 60 000 personnes se sont entassées dans ce stade de 30 000 places. Les Noirs, en immense majorité, d'un côté, les Blancs de l'autre. Au milieu, un mur de barbelés et des policiers armés les séparent. Nous sommes le samedi 20 avril 1974. L'Afrique du Sud ne le sait pas encore mais elle va connaître une soirée historique. On joue le dernier match d'une compétition très particulière : l'Embassy Multi-National Series, un tournoi opposant les meilleurs joueurs des quatre principaux groupes raciaux du pays : Blancs, Noirs, Indiens et Métis (" Coloured " en VO). Un All Star Game sauce Apartheid. Ce soir, c'est la " finale ", la rencontre tant attendue entre les deux favoris : la sélection des Noirs face à celle des Blancs. " Le match qui changera tout", selon Jomo Sono.

Un tournoi mixte, une première dans le pays


1974 donc. Depuis plus de deux décennies, l'Afrique du Sud vit officiellement sous le régime raciste de l'Apartheid, imposé par le Parti National (nationaliste afrikaner) au pouvoir. La population est strictement ségréguée et classée en quatre catégories : les Blancs, les Indiens, les Métis et les Noirs. Ces derniers sont regroupés par ethnie dans des bantoustans, des régions loin de tout, sans richesse naturelle, gangrenées par l'extrême pauvreté et dont on ne sort jamais sans laissez-passer. Évidemment, le sport n'échappe pas à la ségrégation. Bien que le football soit arrivé en Afrique du Sud dans les cales des bateaux de colons britanniques à la fin du XIXe siècle, il est largement considéré comme un sport noir, par opposition au rugby et au cricket, joués uniquement par les Blancs. Ainsi, chaque communauté a sa propre Fédération, son propre championnat et ses stars. Ce qui n'est pas forcément du goût de la FIFA. Si les sanctions économiques et politiques de la communauté internationale se font de plus en plus pressantes, en…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant