Clinton « regrette » d'avoir stigmatisé des électeurs de Trump

le
0
Des supporteurs du candidat républicain à la présidentielle de novembre Donald Trump, lors d'un meeting de Campagne à Des Moines, dans l'Iowa, le 27 août.
Des supporteurs du candidat républicain à la présidentielle de novembre Donald Trump, lors d'un meeting de Campagne à Des Moines, dans l'Iowa, le 27 août.

La candidate démocrate, qui avait estimé qualifié « la moitié » des personnes qui votent pour son adversaire de « pitoyables », a reconnu avoir « généralisé grossièrement ».

Le fait du jour La candidate démocrate à l’élection présidentielle du 8 novembre, Hillary Clinton, a exprimé ses regrets, samedi 10 septembre, après s’être attaqué la veille à une partie des électeurs de son adversaire républicain Donald Trump. « J’ai généralisé, et ce n’est jamais une bonne idée. Je regrette avoir dit “la moitié”, c’était mal », a-t-elle reconnu. Vendredi, à New York, Mme Clinton avait déclaré à l’occasion d’une levée de fonds que « grosso modo », « vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j’appelle le panier des personnes pitoyables [« deplorables »] (…)  Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes », jugés « irrécupérables ». Elle avait poursuivi en estimant que l’autre moitié était constituée « de personnes qui ont l’impression que le gouvernement les a laissées tomber, que l’économie les a laissées tomber, que personne ne s’intéresse à eux ». Cette gaffe a été exploitée par le milliardaire qui a jugé que sa rivale avait insulté « des millions de personnes incroyables, qui travaillent dur ».

« Je pense que cela va lui coûter cher dans les sondages ! », a-t-il réagi samedi avant d’estimer que « pour la première fois depuis un long moment, ses vrais sentiments ont émergé, montrant son sectarisme et sa haine envers des millions d’Américains ». Mme Clinton s’est souvent exprimée ces derniers jours pour dénoncer l’audience que le discours anti-immigration et hostile aux musulmans de M. Trump a apportée à la droite ra...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant