Climat : les grands enjeux de la négociation

le
0
Climat : les grands enjeux de la négociation
Climat : les grands enjeux de la négociation

Si la communauté internationale veut parvenir en décembre à Paris à un accord ambitieux pour réguler le réchauffement climatique, elle devra accepter d'aborder ces différents points de négociation.

La répartition de l'effort

C'est une controverse de taille : les pays en développement, grands émergents en tête, tiennent à être traités différemment des pays industrialisés qui ont une "responsabilité historique" dans le réchauffement. Mais ces derniers relèvent la part croissante d'Etats comme la Chine ou l'Inde dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre, issues principalement de la combustion d'énergies fossiles alimentant leur développement.

Certains pays, parmi lesquels la Chine, souhaiteraient un accord fondé sur cette division pays développés/en développement instaurée en 1992 par la convention-cadre de l'ONU. D'autres proposent des options plus intermédiaires. La conférence de Lima en décembre avait abouti à un texte évoquant le « principe de responsabilités communes mais différenciées (...) à la lumière des différentes circonstances nationales ». Ce terme sera-t-il repris à Paris ?

La question de l'adaptation

Les pays du Sud, dont beaucoup souffrent déjà des effets du changement climatique, souhaitent que les mesures d'adaptation à cette situation soient reconnues comme aussi importantes que celles visant à limiter le réchauffement. Ils veulent voir une aide en ce sens plus clairement inscrite dans l'accord.

Le débat semble avoir progressé:  « il n'y a plus de pays développés aujourd'hui qui essaient de minorer l'importance de l'adaptation », souligne la négociatrice française Laurence Tubiana.

Les financements

Les pays en développement exigent que soit précisée la façon dont les pays industrialisés comptent arriver à verser les 100 milliards de dollars par an promis d'ici 2020, afin de financer notamment leur basculement vers des énergies propres.

A ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant